Aujourd'hui,
URGENT
Justice: Jean Claude Bouda recouvre la liberté 5 mois après sa détention à la Maco. 
Burkina:  18 Burkinabè meurent dans un accident à l'entrée de Bouaké en Côte d'Ivoire (conseil des ministres).       
Mali: plus de 100 djihadistes libérés en vue d’un échange pour obtenir la libération de Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin (AFP).
Togo: la BOAD injecte 20 milliards FCFA dans le projet cimentier du magnat Burkinabè Inoussa Kanazoé.
Présidentielle/2020: la jeunesse de l’Union pour le progrès et le changement collecte 26 millions de FCFA pour la caution de Zéphirin Diabré.
Sécurité: le Soudan détruit 300.000 armes à feu illégales dans le cadre du projet national de collecte d'armes
Santé: le Bénin lance la construction d'un Centre hospitalier et universitaire de référence dans la sous-région ouest-africaine.  
Présidentielle/2020 : le dossier du candidat Roch Marc Christian Kaboré déposé par Simon Compaoré, président du MPP, parti au pouvoir. 
Burkina: Mahamadi Kouanda démissionne du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir).
Burkina: le Premier ministre appelle à la mise en place d’un «système de commande publique efficient».

Dans une récente interview accordée au quotidien Le Pays, le professeur Jean-Baptiste Kiethega, évoquant la question du parc animalier de Ziniaré, a révélé qu’il s’inscrivait dans le cadre d’un grand projet de musée, avec une partie zoologique, dont la mise en œuvre n’a pas été conforme au projet de départ. Même si l’on n’est pas en mesure de confirmer ou infirmer ces allégations, une chose est sure : le parc de Ziniaré a contribué durant ses années faste à l’éducation des enfants du Burkina Faso, ainsi qu’à la formation d’une culture touristique de la jeunesse Burkinabè.

Le nouveau président de l’Assemblée nationale doit être élu parmi les députés qui siègent présentement et, au plus tard le jeudi 31 août 2017, selon Harouna Dicko, qui s’en explique dans les lignes qui suivent.

Le Docteur Kanayo F. Nwanze est le lauréat du Prix de l'Alimentation en Afrique 2016 et ancien président, précédant l’actuel, du Fonds international pour le développement agricole (FIDA). Il est également membre du Conseil d’administration de l'Alliance pour une Révolution Verte en Afrique (AGRA). Dans cette tribune, il défend sa vision selon laquelle la croissance économique de l'Afrique ne repose pas sur les fondations des industries extractives, mais sur la revalorisation et l'utilisation complète du potentiel des petits exploitants agricoles.

Le monde entier sur initiative de l’Organisation des Nations Unies célèbre chaque année le 12 Aout la Journée Internationale de la Jeunesse.  L’Afrique et particulièrement notre pays le Burkina Faso dont la population est majoritairement constituée de jeunes est invité à marquer un arrêt pour faire une autocritique sans complaisance sur les politiques publiques en faveur des jeunes, sur la place et le rôle des jeunes dans le développement économique et social.

Docteur en sciences politiques et président du Centre parlementaire panafricain, Mélégué Traoré pose avec pertinence, dans cette réflexion publiée en 2010 dans les colonnes du magazine Fasozine, la problématique et les contours de l’intégration en Afrique de l’Ouest. Sept ans après, et même si l’on peut noter quelques nouvelles avancées depuis cette publication, le constat de l’ancien président de l’Assemblée nationale du Burkina Faso reste d’actualité…

Poil à gratter de la vie politique au Burkina, Harouna Dicko s’était fait une réputation en attaquant la configuration des démembrements Ceni devant le Conseil constitutionnel qui lui avait donné raison, provoquant du même coup le report des municipales de 2006. Dans cette tribune, le candidat recalé à la présidentielle de 2010 se questionne sur l'avant projet de nouvelle Constitution remis au chef de l'Etat pour amendement.

«Le mouvement syndical de notre pays a toujours piétiné des peaux de bananes politiques, surtout dans des moments difficiles et complexes. Mais il a su tenir dans le temps en cultivant de façon inlassable d’une part l’unité entre travailleurs-élèves-étudiants-paysans-secteur informel et, d’autre part, l’intégration véritable de notre peuple avec les autres peuples.

J’avais promis à mes lecteurs de revenir sur les Partenariats-Public-Privé (PPP) lorsque la passion serait retombée pour parler juste de ce qui est important. Je tiens ici ma promesse !

Cette tribune du Professeur Idrissa M. Ouédraogo (enseignant-chercheur en économie) porte sur le débat actuel relatif au "Gré à gré/ Partenariats Publics-Prives (PPP)".

Il paraît que le Ghana est en émoi. Et pour cause, Maxwell Adam Mahama, a été lynché puis brûlé partiellement par une foule en furie dans le village de Denkyira-Obuasi. Sorti de bonne heure pour une séance de jogging, le capitaine de l’armée ghanéenne, marié et père de deux enfants aurait été - à la vue de son arme dissimulée sous sa tenue civile- pris pour un voleur. Et le drame est vite arrivé.

Harouna Dicko, poil à gratter des institutions, s’était fait une réputation en attaquant la configuration des démembrements Ceni devant le Conseil constitutionnel qui lui avait donné raison, provoquant du même coup le report des municipales de 2006. Dans cette tribune, le candidat recalé à la présidentielle de 2010 se questionne sur les exceptions d’inconstitutionnalité soulevées par les avocats de la défense dans le procès des membres du dernier gouvernement de Blaise Compaoré.