Aujourd'hui,
URGENT
Médias: un incendie a ravagé ce matin les  locaux de la télévision BF1. Pas de blessé, mais d'importants dégâts matériels.
Burkina: le secteur minier, c’est 71% des recettes d’exportation,  50 tonnes d’or produites en 2019 qui ont rapporté 1420 milliards FCFA.
Mines: en 2020, l’exportation d’or a rapporté près de 2 000 milliards de FCFA au Burkina (Oumarou Idani). 
Covid-19: un nouveau décès et 83 nouveaux cas à la date du 12 janvier 2021 au Burkina Faso. 
Mali: trois Casques bleus ivoiriens tués quand leur véhicule a sauté sur une mine dans la région de Tombouctou (Officiel). 
Burkina: la NAFA félicite le président Kaboré pour la création d’un ministère de la Réconciliation nationale et encourage Zéphirin Diabré. 
Burkina: le couvre-feu prolongé de 45 jours dans la région du Sahel dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. 
États-Unis: 20 000 soldats de la Garde nationale déployés à Washington pour l'investiture de Joe Biden (médias). 
États-Unis: Donald Trump devient le premier président sous l'objet d'une deuxième procédure de destitution dans l'histoire du pays.
Covid-19: 184 nouveaux cas et 3 décès à la date du 11 janvier 2021 au Burkina.  

CULTURE

Le peuple Tiéfo ayant été grand conquérant  et ayant protégé farouchement son territoire, vit de nos jours les séquelles de l’adoption de la langue Dioula. Le risque qu’en court la communauté, la perte de sa propre langue, fait d’elle une culture en péril. D’où la contribution du musée Sogossira Sanon de Bobo-Dioulasso à la reconstitution de la culture Tiéfo. Le vernissage des œuvres de cette communauté en péril s’est fait le dimanche 25 mars 2018 par le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Abdoul Karim Sango à l’occasion de la 19è édition de la Semaine nationale de la culture au sein de l'institution muséale.

Selon Tènè Gnini, directrice du musée Sogossira Sanon de Bobo-Dioulaso, le peuple Tiéfo serait vanu de Kong et s’était installé à Kassandé dans le département  de Sidéradougou, Province de la Comoé. Ils occupèrent progressivement les villages de cette localité. Notamment ceux de Piakorofesso, Taparga, Tanga, Sidéradougou, Déguédégué, Larma, DaramadougouDandougou, Gouédougou etc.

Occupant la partie Est et Ouest de la chaine des falaises de Koro à Banfora. Ils vivaient dans des maisons en terre battue avec une architecture semblable à celle des Bobo. Ils vivaient dans le village pendant la saison sèche où ils célébrèrent le repos des âmes des défunts et s’adonnèrent à d’autres activités quotidiennes. Aujourd’hui dispersés et assimilés à d’autres communautés dans les provinces de la Comoé et du Houet, les Tiéfo ont besoin de s’affirmer et de reconstituer leur culture.

Vaillants guerriers, ils sont des forgerons, des agriculteurs et des tisserants. La bravoure guerrière de Boua et de Amoro fut de Noumoudara, le quartier général des Tiéfo. Selon les explications des reponsables du musée Sogossira Sanon de Bobo-Dioulasso, ils ont connu une renommée dans le temps en dehors des frontières. Ce qui explique la rivalité qui a existé entre autres, Samory Touré et Tiéfo Amoro Ouattara.

Le constat que fait les conservateurs des cultures et œuvres ancestrales burkinabè, est que depuis les années 1700,  Boua Ouattara, chef de guerre Tiéfo enlevé par Famagan Ouattara, élevé et éduqué à Kong, adoptera la culture Dioula. Rentrée au bercail et ne parlant que la langue Dioula, il amena ses sujets à ne communiquer que dans une autre langue que le Dioula. Banal au départ, le phénomène prendra de l’ampleur quand la communauté négligera la langue Tiéfo au profit de la langue Dioula.
C’est donc tout le sens de cette exposition sur ce peuple. Exposition qui se propose de participer à la réinsertion de la langue Tiéfo afin de la sauvegarder pour les générations futures. 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir