Aujourd'hui,
URGENT
Afrique: 45 millions de personnes menacées par la famine en Afrique Australe
Médias: le Synatic annonce un sit-in (22 et 23 janvier) et une grève générale de 48 heures (du 29 au 30 janvier 2020)
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC
Brexit: les députés britanniques valident l'accord négocié par Boris Johnson
Burkina: 8 143 pèlerins burkinabè ont effectué le hadj 2019 au cours duquel six décès ont été constatés
Burkina: 233 heures de coupures d’électricité en 2018 contre 155h en 2017 (AIB)
Pétrole: la Chine ouvre son secteur pétrolier aux entreprises étrangères (RFI)
Angola: 41 morts dans des pluies torrentielles en moins de 24 heures (Africanews)

CULTURE

Produit par la Cour du Naaba du musicien Alif Naaba, l’album de 12 titres de l’artiste Nabalüm a été présentée officiellement à travers une conférence de presse, à Ouagadougou le vendredi 20 juillet dernier. Par cet album, Nabalüm invite ce qu’on l’accepte tel qu’elle se présente d’où l’avoir intitulé « Saké », en langue mooré qui signifie en français « accepte ».

Après s’être dévoilée au public burkinabè grâce à « M’yameh », sa première production qui n’était qu’un EP, cet artiste de l’écurie « La Cour du Naaba » était plus qu’attendue pour la suite de sa carrière. D’autant plus   que pour ses premiers pas, il y a deux ans de cela (2016) elle avait été considéré comme la révélation et l’espoir de la musique burkinabè.

A cette attente, elle a su répondre présente avec « Saké », son premier album. Dotée d’une voix suave, profonde, généreuse et aussi pleine d’émotions, Nabalüm exprime ses émotions en chanson dans une musique universaliste, qualifiée par Alif Naaba, son mentor et à la fois directeur artistique comme étant des codes pour s’ouvrir au monde.

Chantés en anglais, français, dioula et mooré, les titres de Nabalüm traitent aussi bien de sujets d’ordre socioculturel, que sentimental. Ainsi, avec les titres « from where » et « Black », la jeune artiste affirme et assume son appartenance au continent africain. « Mdolé » et « Noka » abordent la question de l’amour. Toutefois, elle ne manque pas de pointer du doigt les hypocrites, à travers le titre « Munafiqoon ». Mais également, tout en invitant à scolariser les filles (Lécolé), cet autodidacte, interprète, auteur-compositrice ne manque de «rendre grâce à Dieu » avec le titre « Wendé ».

Avec en ligne de mire de confirmer tout le bien dit à son sujet et de s’imposer, Nabalüm entend à travers ce premier pas se faire « accepter », car tout part de là. Elle confie, « c’est par acceptation que je fais la musique. C’est par acceptation que vous avez décidé de venir me soutenir. C’est par acceptation que nait l’amour ». Comme pour dire que pour ce premier album, le titre « Saké » a tout son pesant.       

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé