Aujourd'hui,
URGENT
Ouahigouya: décès de la mère de l’ancien président de l’Assemblée nationale, feu Dr Salifou Diallo, ce 31 juillet 2020. 
Burkina: le BEPC a enregistré un taux de succès de 36,47% contre 26,62% en 2019.
Burkina: le CEP a enregistré un taux de succès de 66,06% contre 55,11% en 2019. 
Burkina: le CAP et le BEP ont enregistré un taux de succès de 63,37% contre 46,86% en 2019. 
Mali: Al-Qaida revendique l'attaque qui a tué un soldat français -brigadier Tojohasina Razafintsalaman- le jeudi 23 juillet 2020. 
Burkina: le 1er ministre, Christophe Dabiré, a signé le mercredi 29 juillet 2020, un décret portant réouverture des frontières aériennes. 
Covid-19: la République populaire de Chine offre 46 respirateurs au Burkina Faso. 
Ouagadougou: plus de 200 moutons mis en fourrière par la police municipale à la veille de la Tabaski.   
Covid-19: les pertes du tourisme mondial s'élèvent à 320 milliards de dolllars (Organisation mondiale du tourisme).  
Covid-19: la Banque africaine de développement accorde 27 millions de dollars à l’Union africaine pour renforcer l’Initiative de réponse. 

CULTURE

«Il a payé cash», c’est le nom du nouvel album de la musicienne burkinabè Adjarhatou Djarha Sanon, plus connue sous le nom de Adji. Ce 6è album a été présenté à la presse le 16 novemvre 2018 à Ouagadougou.


Après la compilation «Burkina Mousso» en 2004, «Fuodi» en 2005, un maxi d’hommage à feu Black So Man (son compagnon), «Grâce divine» en 2010, «Grâce à vous» en 2014 et «Burkina» et plusieurs autres collaborations et des singles en 2016, Adji revient sur la scène musicale avec un nouvel opus dénommé «Il a payé cash». Cet album se veut le symbole de la reconnaissance de l’artiste envers son Dieu.

En effet dans le titre éponyme qui donne son nom à l’album, Adji encourage ses frères à avoir la foi. Pour elle, quoi qu’il arrive dans la vie, on  arrive parce qu’«à la croix, Jésus Christ a payé cash. Le voile est déchiré, tout est accompli à Golgotha alors proclamons et déclarons des choses positives dans nos vies et faisons des prières de combat soi-même car ce n’est pas seulement le pasteur qui doit combattre pour nous. Veillons soi-même», clamme-t-elle.

Dans cette œuvre musicale de 6 titres avec 4 bonus, Adji aborde des thèmes liés à la société mais surtout, invite à la réconciliation avec Dieu et son prochain, chantées en langues française, peulh, marka, dioula, mooré, etc. comme elle en a l’habitude d’ailleurs. Dans le titre «Pacre kayé ti wend bé», elle fait remarquer qu’avec Dieu, il n’y a pas d’impossibilité. «Comment ne pas t’aimer» fait partie des premières chansons chrétiennes que l’esprit lui a inspiré il y a plus de 20 ans. «Chaque fois que je veux la mettre sur un album, j’oublie la chanson mais le temps de Dieu était que cette chanson se retrouve sur mon 6è album. Alors gloire à Dieu. Dans ce titre, je ne peux que lui rendre gloire car sa main est si puissante dans ma vie. Je lui suis reconnaissante», témoigne-t-elle.

Sur l’œuvre, on y trouve plusieurs autres titres qui rendent gloire à Dieu. Notamment «Quelle grâce de l’avoir», «Dieu est avec nous», «Oya yéri lannibatiéni» ou encore «Ce qu’il dit, il le fera» est un témoignage pour dire que ce que Dieu dit s’accomplie, qu’il pleuve ou qu’il neige. Après plus de 20 ans de carrière musicale, Adji entend à travers cet album, rendre non seulement grâce à Dieu mais aussi inviter ses fans, frères et sœurs, à mettre leur foi en lui.



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir