Aujourd'hui,
URGENT
Afrique: 45 millions de personnes menacées par la famine en Afrique Australe
Médias: le Synatic annonce un sit-in (22 et 23 janvier) et une grève générale de 48 heures (du 29 au 30 janvier 2020)
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC
Brexit: les députés britanniques valident l'accord négocié par Boris Johnson
Burkina: 8 143 pèlerins burkinabè ont effectué le hadj 2019 au cours duquel six décès ont été constatés
Burkina: 233 heures de coupures d’électricité en 2018 contre 155h en 2017 (AIB)
Pétrole: la Chine ouvre son secteur pétrolier aux entreprises étrangères (RFI)
Angola: 41 morts dans des pluies torrentielles en moins de 24 heures (Africanews)

CULTURE

«Il a payé cash», c’est le nom du nouvel album de la musicienne burkinabè Adjarhatou Djarha Sanon, plus connue sous le nom de Adji. Ce 6è album a été présenté à la presse le 16 novemvre 2018 à Ouagadougou.


Après la compilation «Burkina Mousso» en 2004, «Fuodi» en 2005, un maxi d’hommage à feu Black So Man (son compagnon), «Grâce divine» en 2010, «Grâce à vous» en 2014 et «Burkina» et plusieurs autres collaborations et des singles en 2016, Adji revient sur la scène musicale avec un nouvel opus dénommé «Il a payé cash». Cet album se veut le symbole de la reconnaissance de l’artiste envers son Dieu.

En effet dans le titre éponyme qui donne son nom à l’album, Adji encourage ses frères à avoir la foi. Pour elle, quoi qu’il arrive dans la vie, on  arrive parce qu’«à la croix, Jésus Christ a payé cash. Le voile est déchiré, tout est accompli à Golgotha alors proclamons et déclarons des choses positives dans nos vies et faisons des prières de combat soi-même car ce n’est pas seulement le pasteur qui doit combattre pour nous. Veillons soi-même», clamme-t-elle.

Dans cette œuvre musicale de 6 titres avec 4 bonus, Adji aborde des thèmes liés à la société mais surtout, invite à la réconciliation avec Dieu et son prochain, chantées en langues française, peulh, marka, dioula, mooré, etc. comme elle en a l’habitude d’ailleurs. Dans le titre «Pacre kayé ti wend bé», elle fait remarquer qu’avec Dieu, il n’y a pas d’impossibilité. «Comment ne pas t’aimer» fait partie des premières chansons chrétiennes que l’esprit lui a inspiré il y a plus de 20 ans. «Chaque fois que je veux la mettre sur un album, j’oublie la chanson mais le temps de Dieu était que cette chanson se retrouve sur mon 6è album. Alors gloire à Dieu. Dans ce titre, je ne peux que lui rendre gloire car sa main est si puissante dans ma vie. Je lui suis reconnaissante», témoigne-t-elle.

Sur l’œuvre, on y trouve plusieurs autres titres qui rendent gloire à Dieu. Notamment «Quelle grâce de l’avoir», «Dieu est avec nous», «Oya yéri lannibatiéni» ou encore «Ce qu’il dit, il le fera» est un témoignage pour dire que ce que Dieu dit s’accomplie, qu’il pleuve ou qu’il neige. Après plus de 20 ans de carrière musicale, Adji entend à travers cet album, rendre non seulement grâce à Dieu mais aussi inviter ses fans, frères et sœurs, à mettre leur foi en lui.



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé