Aujourd'hui,
URGENT
Algérie: Abdelmadjid Tebboune élu président avec 58,15%
Etats-Unis: la commission judiciaire valide l'acte d'accusation de destitution de Donald Trump
Justice: 99 dossiers enrôlés pour les sessions des pôles criminels de Ouagadougou et de Ouahigouya
Justice: les acteurs demandent à la France de clarifier sa position sur l'extradition de François Compaoré dans l'affaire Norbert Zongo
Burkina: au moins 15 terroristes neutralisés, une base démantelée, et de l’armement saisi à Kompienga dans la Région de l'Est
Gaoua: une tonne de denrées périmées saisie par la police
Roch Kaboré: "Je voudrais rassurer tous les déplacés internes de notre engagement à créer les conditions de leur retour dans leurs localités"
Climat: les glaciers du Groenland fondent sept fois plus vite qu’en 1990
11-décembre: "Pour bâtir ensemble un Burkina Faso prospère, nous devons nous départir de nos intérêts égoïstes" (Roch Kaboré) 
11-décembre: "J’ai décidé de commettre un groupe de travail pour l’écriture de l’histoire générale de la Haute-Volta au Burkina" (Roch Kaboré)

CULTURE

Du 26 janvier au 2 février 2019 s’est tenue la 4e édition du festival Badara à Bobo-Dioulasso. Durant 7 jours, cette quatrième édition a proposé des séances de travail en résidence, musique et formation avec les artistes locaux, des concerts, des rencontres  et des échanges entre les acteurs culturels. Une 4è édition qui selon le promoteur, Brawa Koto se termine sous de bons auspices.

Mieux se connaître  pour mieux vivre son art, c’est tout le sens que l’artiste musicien burkinabè Brawa Koto donne à cette 4e édition du festival Badara qui signifie en langue Dioula «au bord de l’eau». «Nous avons besoin d’un tel évènement parce qu’il peut apporter pas mal de solutions surtout qu’il emmène les artistes à se redécouvrir à travers les ateliers. Ce sont donc des moments de partage d’idées et surtout de brassage culturel», confie le promoteur. Ce sont au total 21 artistes qui ont pris part à l’évènement.

«Festival Badara» est un festival itinérant de rencontres artistiques et culturelles, organisé par l’APROSPACU. Brawa Koto, artiste musicien burkinabè, est à l’origine de ce projet qui se veut être le pont entre la musique traditionnelle africaine et la musique avec des instruments électriques et électroniques à travers les frontières, avec le souci du respect des origines et des techniques apprises. Pour l’artiste, la musique traditionnelle africaine doit être considérée comme une ressource intarissable pour la création actuelle.

Le thème de  l’édition 2019 a été le lieu pour les artistes de mener un travail sur eux, à se remettre en question afin d’évoluer dans l’appréhension de leur travail ; à promouvoir les échanges avec d’autres artistes afin d’identifier leurs forces et leurs faiblesses, leur donner des outils pour progresser et ainsi vivre leur art avec plus de confiance en eux. Ainsi grâce aux différentes activités présentées dans le festival, l’essor de la musique africaine, et en particulier du Burkina, a été promu.

Pour rappel, la 1ère  édition du festival a eu lieu du 6 au 7 février 2010. La 3e édition tenue du 20 au 27 janvier 2018 avait pour thème «La formation professionnelle, aussi vitale que l’air que nous respirons». La 4e édition a été centrée sur la réflexion sur soi dans sa vie d’artiste, d’où le titre d’Introspection.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé