Aujourd'hui,
URGENT
Algérie: Abdelmadjid Tebboune élu président avec 58,15%
Etats-Unis: la commission judiciaire valide l'acte d'accusation de destitution de Donald Trump
Justice: 99 dossiers enrôlés pour les sessions des pôles criminels de Ouagadougou et de Ouahigouya
Justice: les acteurs demandent à la France de clarifier sa position sur l'extradition de François Compaoré dans l'affaire Norbert Zongo
Burkina: au moins 15 terroristes neutralisés, une base démantelée, et de l’armement saisi à Kompienga dans la Région de l'Est
Gaoua: une tonne de denrées périmées saisie par la police
Roch Kaboré: "Je voudrais rassurer tous les déplacés internes de notre engagement à créer les conditions de leur retour dans leurs localités"
Climat: les glaciers du Groenland fondent sept fois plus vite qu’en 1990
11-décembre: "Pour bâtir ensemble un Burkina Faso prospère, nous devons nous départir de nos intérêts égoïstes" (Roch Kaboré) 
11-décembre: "J’ai décidé de commettre un groupe de travail pour l’écriture de l’histoire générale de la Haute-Volta au Burkina" (Roch Kaboré)

CULTURE

Floby est le meilleur artiste de l’année 2019. Ainsi en a décidé l’édition 2019 du Faso music Awards (Fama) ce samedi 30 mars 2019 au cours d’une cérémonie grandeur nature à Ouagadougou.

L’artiste burkinabè Floby est le grand lauréat de cette édition des Fama 2019. Il est reparti avec le prix du meilleur artiste musicien burkinabè. Déjà nominé au Kundé d’or 2019, Floby avec son titre «Weedo», est également le lauréat du tube de l’année. Arrangeur de son album «Wakato»,  Petit Jano, collaborateur de Floby, est aussi reparti avec le trophée du meilleur arrangeur de l’année.

Le meilleur promoteur culturel de l’année selon les Fama, est Abdoulaye Diallo du festival Ciné droit libre, pendant que le meilleur réalisateur vidéo de l’année est revenu à Pulsion Picture. Quant au au promoteur culturel de l’année, le sacre est revenu au promoteur de «Soko festival», Ibrahim Keita.  Quant au  thème de cette 6e édition du Fama 2019 : «La musique comme moyen d’engagement social», Yousseph Ouédraogo, promoteur du Fama a indiqué que c’est un rapprochement avec le contexte social. «Dans la plupart de nos pays, on a l’impression que l’artiste est exclusivement condamné à sa dimension romantique. Alors que l’artiste va au-delà. L’artiste est un vecteur de progrès», a-t-il expliqué.

Le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Harouna Kaboré, a pour sa part, salué la tenue de cette édition malgré les péripéties. Il a par ailleurs rappelé que la culture est un milieu qui produit «énormément de richesses». «Dans ce combat de mondialisation, il faut que nous arrivions à avoir quelque chose qui est propre à nous et c’est notre culture. La culture n’a pas de prix. Les cachets, c’est juste des évaluations. Ce que les gens veulent, c’est qu’on les accompagne partout. Il faut donner sans compter», a déclaré Harouna Kaboré.

En prélude à l’évènement, le thème «Musique et engagement social en temps de crise» a fait l'objet d'une émission spéciale sur la télévision BF1 le mercredi 27 mars avec le  Dr Konate Dramane Konaté, Martin Zongo, Serges Bambara dit Smockey sur ce qui peut être l'engagement d'un artiste surtout en temps de crise.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé