Aujourd'hui,
URGENT
Turquie: plusieurs maires pro-kurdes arrêtés pour «terrorisme»
Kongoussi: neuf civils tués à Zoura (AIB)
France: les juges antiterroristes ont terminé leur enquête sur le 13-novembre
Football: les Étalons locaux sont qualifiés pour le CHAN 2020 après leur match nul (0-0) contre le Ghana
Burkina: plus de 800 mille personnes affectées par l'insécurité (gouvernement)
Bobo Dioulasso: 2 morts et 6 blessés dans l’effondrement d’une structure dans une usine
Togo: Jean-Pierre Fabre désigné candidat de l'ANC à la présidentielle 2020
Burkina: quatre militaires et un policer tués dans deux attaques terroristes dans la région du Nord
Burkina: l'UNFPA commémore ses 50 ans sous le signe de l'élimination des mutilations génitales féminines 
Terrorisme: "importante saisie d’armes" par la Force conjointe du G5 Sahel à la frontière entre le Niger et le Tchad

CULTURE

16 danseurs professionnels du Mali, du Niger, du Togo, du Bénin, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal et du Burkina Faso ont été formés près d’un mois sur les techniques de l’art de l’enseignement de la danse. Ils ont reçu leur certificat de participation le samedi 28 septembre 2019 au Centre de développement chorégraphique (CDC), la termitière de Ouagadougou.

Après une première phase déroulée de septembre à novembre 2018 à l’école des sables de Dakar au Sénégal, les 16 impétrants ont parachevé leur formation durant le mois de septembre 2019 à Ouagadougou au CDC la termitière. 

Au cours de leur formation, ces derniers ont appris les outils pour mieux transmettre l’art de la danse et surtout la pédagogie appliquée aux enfants et aux adultes. Cette formation professionnelle a été rendue possible grâce à la conjugaison des efforts de l’école des sables de Dakar,  du CDC la termitière de Ouagadougou et de la fondation EEG Cowless Foundation des Etats Unis d’Amérique.

Pour Lila Greene, présidente de la fondation EEG Cowless, enseigner la danse ce n’est pas de l’imitation mais dans le ressenti : « C’était assez complexe comme formation puisque ils ont appris l’anatomie, la théorie et différentes matières.  Maintenant on attend qu’ils appliquent tous cela une fois rentré dans leurs pays d’origines (…) J’espère qu’avec cette formation, ils vont transformer la danse en tant que matière de fierté, d’identité nationale et internationale. Aussi, on espère qu’ils vont enseigner désormais d’une autre manière ».

Les bénéficiaires ne regrettent pas d’avoir vu leurs capacités renforcées en la matière. Sahadatou Ami Touré du Bénin a déjà des perspectives : « Nous avons reçu assez d’outils et nous sommes très contents de pouvoir les partager avec les membres et les autres danseurs de mon pays (…) Mon objectif est de partager ces connaissances à mes proches et à d’autres membres de ma compagnie pour qu’ils bénéficient aussi de ce que j’ai appris ». 

Les participants ont tous foi que ces nouveaux outils nourriront davantage leur amour pour la danse et surtout l’art de le transmettre à d’autres. Avec désormais leurs parchemins en mains, ces 16 danseurs sont désormais les pionniers de la pédagogie de danse en Afrique. 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé