Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: au moins 62 migrants sont morts dans le naufrage de leur embarcation au large de la Mauritanie
Burkina: le budget de l’Etat gestion 2020 se chiffre en recette à 2 233,316 milliards FCFA et en dépenses à 2 518,456 milliards FCFA 
5e RGPH: la ministre en charge de la famille, Laurence Ilboudo plaide pour un recensement exhaustif des personnes en situation de  handicap
Burkina: les pétards pour divertissement toujours interdits (ministère du Commerce)
Environnement: 2019 achève la décennie la plus chaude jamais enregistrée, selon l’ONU (RFI)
Gabon: arrestation de Brice Laccruche, ex-chef de cabinet du président Bongo
Burkina: une vingtaine de terroristes abattus  à Toéni (Boucle du Mouhoun) et Bahn (Nord)
Football: l'attaquant burkinabè, Jonathan Pitroipa met fin à sa carrière internationale après 13 années
Burkina: «75 % des sources d’infections du VIH chez les couples, viennent des prostitués» (Etude)
Football: l'Argentin Lionel Messi remporte son 6e ballon d'or, un record

Les deux présidents et le Premier ministre nigérien

ECONOMIE

La 5e édition du Rebranding Africa Forum a ouvert ses portes ce vendredi 5 octobre 2018 à Ouagadougou et ce jusqu'au 6 octobre. «Défis et opportunités de l’économie verte en Afrique», c’est sous ce thème que les participants échangeront. Le cérémonial d’ouverture a connu la présence du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré et de son homologue ghanéen, Nana Akufo Addo. 

L’économie verte s’inscrit dans les concepts d’économie durable. Elle conjugue à la fois, croissance, développement sociétal et protection des ressources naturelles. L’Afrique étant l’un des continents le plus exposé aux changements climatiques, il est devenu impératif pour les pays africains de réfléchir à un nouveau modèle de développement.

C’est donc pour explorer les pistes et l’opportunité- que représente l’économie verte pour l’Afrique- que le Raf a décidé d’inscrire sa problématique au cœur de cette édition 2018, première du genre en terre africaine.

«La conviction à la base du choix de ce thème est simple: verdir l’économie n’est pas un luxe que ne peuvent s’offrir que les Nations développées. Bien au contraire, nos pays doivent être plus offensifs sur ce terrain où leur avantage comparatif est certain. Il ne s’agit peut-être pas de faire une «transition écologique», mais de convertir les décideurs du secteur public et du secteur privé aux vertus de cette nouvelle économie, soucieuse de durabilité, privilégiant parfois la circularité et, en toute circonstance, centrée sur l’humain» a expliqué Thierry Hot, fondateur du Raf.

Et pour mieux décortiquer cette thématique, le forum va s’articuler essentiellement autour de trois panels. Le premier sera débattu sur l’économie verte en Afrique: état des lieux, enjeux et défis. Le deuxième est axé sur les modalités et les perspectives du financement de la Transition écologique et enfin le dernier portera sur l’investissement dans l’économie écologique en Afrique: opportunités et secteurs clés.

Pour une transition écologique réussie…

Plusieurs experts, leaders politiques et économiques et dirigeants d’entreprises vont donc échanger à battons rompus sur les grandes lignes de l’économie verte. De ces discussions sortiront des propositions pertinentes sur les opportunités et les modalités afin d’opérer avec succès la transition écologique en Afrique. 

Pour le président du Ghana, Dankwa Akufo-Addo, ce thème est d’autant plus d’actualité car notre manière d’exploiter nos ressources naturelles va déterminer notre qualité de vie. Pour lui, l’Afrique peut aller vers cette transition écologique si tous les pays africains conjuguent leurs efforts. En le faisant, estime t-il, le continent pourra in fine lutter contre la corruption, la mal gouvernance et l’accès illégal aux ressources naturelles.

«C’est le temps pour l’Afrique d’occuper sa place dans le concert des nations» fait savoir le président ghanéen qui espère que cette édition du Raf, la première en terre africaine, permettra de déterminer des pistes et des solutions durables pour réussir cette transformation de l’économie.

Et pour Thierry Hot, au vu de la qualité des participants, cela ne fait l’ombre d’aucun doute que des propositions intéressantes sortiront de ces 48 heures d’échanges ( 5 au 6 cotobre): «Comme lors des précédentes éditions, nous avons mis un point d’honneur à réunir les ressources les plus pertinentes et affutées sur cette problématique émergente. Notre vœu est que les propositions issues de cette édition du Rebranding Africa Forum permettent qu’il y ait dans la pratique des Etats, des entreprises et de la société civile, un avant et un après Ouaga 2018 en matière d’économie verte en Afrique».

Les trois piliers de l’économie verte

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, patron de la présente édition a exprimé toute sa satisfaction aux organisateurs pour avoir choisi le Burkina Faso pour tenir cette 5e édition de ce grand rendez vous international consacré aux problématiques africaines.

Abordant la thématique, le président Kaboré a indiqué que le continent fait actuellement face à des préoccupations environnementales qui menacent son développement. A l’en croire, il s’agit entre autres du changement climatique, la stagnation des rendements agricoles, l’aggravation de la pénurie d’eau, l’épuisement des ressources halieutiques, la progression inquiétante de la déforestation, la perte constante de la biodiversité et la propagation des produits toxiques. Et face à cela, il urge pour tous les acteurs de trouver des solutions appropriées.

«Pour y parvenir, notre engagement devra être total et devra s’appuyer sur les trois piliers suivants: d’abord, une vision où la prospérité économique, la protection de l’environnement et le progrès social sont indissociables. Ensuite l’innovation, comme élément catalyseur d’une croissance économique plus verte et responsable, sobre en carbone;  et enfin, des leviers d’actions efficaces, notamment, aux plans politique, juridique et institutionnel afin de provoquer et de consolider de manière irréversible les changements de comportements individuels et collectifs» a fait savoir le président du Faso.

Aussi, il estime que l’adoption en 2015 des Objectifs de développement durable à l’horizon 2030 constitue une opportunité réelle pour la transition réussie des pays africains à l’économie verte.

Un leader nommé Nana Akufo Addo

«L’Afrique doit éviter de se mettre inutilement en marge de cette dynamique planétaire pour engager sans tarder les réflexions nécessaires devant lui permettre d’en tirer le maximum de bénéfice. Je fonde l’espoir que les questions inscrites à l’ordre du jour de la 5ème édition de ce Forum permettront d’assurer une meilleure appropriation des enjeux et défis qui se présentent à notre continent en matière d’économie verte» a-t-il précisé. 

A l’issue des communications inaugurales au nombre de six, les organisateurs du Raf ont procédé à la remise du Rebranding Africa Governance Leadership Award. Le prix a été décerné au président du Ghana pour son leadership en matière de bonne gouvernance.

En prélude à la soirée de gala des Rebranding Africa Awards, les trois nominés pour l’Innovation Award ont présenté leurs projets innovants devant les chefs d’Etat. Il s’agit d’Inoussa Maiga avec Agribusiness Tv, Flavien Kouatcha avec Save our Agriculture et Haoua Kaboré avec HK Innov. Le projet le plus innovant sera consacré ce samedi 6 octobre au cours du Gala et son concepteur repartira avec la somme de 10 000 euros offerte par le magazine panafricain NotreAfrik.

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé