Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: une croissance de 6,5% en moyenne annuelle attendue sur la période 2021-2022, sous l’impulsion du secteur tertiaire (+7,8% et 7,6%
Burkina: le déficit global base engagement se situe à 254,0 milliards de FCFA contre 381,7 milliards de FCFA en 2018 (-33,5%).  
Burkina: 1 598,1 milliards de FCFA  de recettes mobilisés à fin octobre 2019 contre 1 412,0 milliards de FCFA à la même période en 2018 (+1
Burkina : l’activité économique enregistre pour 2019 une croissance de 6,0% contre 6,8% en 2018 (Conseil des ministres).
Burkina: le gouvernement adopte un décret portant prorogation de la période de révision des listes électorales biométriques au titre de l’a
Burkina: le parti politique "Le Faso Autrement" admis au sein du Réseau Libéral Africain en qualité de membre observateur. 
Burkina: l’opposition politique dénonce "l’activisme politique" du Médiateur du Faso et interpelle le chef de l'Etat. 
Burkina: les agents des péages annoncent une grève du 27 février au 1er mars 2020. 
Burkina: plus d’un milliard de dollars, c’est le montant que la Banque mondiale entend apporter pour soutenir les efforts de développement.
Burkina: la Banque mondiale accorde une enveloppe supplémentaire de 700 millions de dollars pour faire face au défi sécuritaire.   

©DR

ECONOMIE

Le gouvernement burkinabè a annoncé ce lundi 9 septembre 2019 la suspension jusqu’à nouvel ordre des importations des huiles alimentaires et du sucre. Le ministère en charge du commerce a suspendu à cet effet la délivrance des autorisations spéciales d’importation de ces deux produits.

Donc à partir de ce lundi 9 septembre 2019, toute importation vers le territoire burkinabè d’huile alimentaire et de sucre est formellement interdite jusqu’à nouvel ordre. Une décision qui vise, selon le communiqué de ministère du Commerce, à soutenir l’industrie locale et à promouvoir la consommation des produits « made in Burkina ».

« Cette suspension intervient suite aux différentes concertations entre le département en charge du commerce et les distributeurs dans le but de trouver des solutions aux graves dysfonctionnements du marché des produits concernés » précise le ministère.

Le département en charge du commerce a rappelé également « à l’attention des opérateurs économiques que conformément au régime général des importations et des exportations en vigueur, toute importation sans titre constitue une infraction et sera punie comme telle ».

Depuis plusieurs années, les industries locales productrices d’huile alimentaire et de sucre ne cessaient de tirer la sonnette d’alarme sur la situation de mévente considérable de leur production. Ce qui menaçait directement la survie de leurs unités.  Outre cela, elles avaient à plusieurs reprises dénoncé la concurrence déloyale des produits importés qui n’étaient pas soumis à la même réglementation qu’elles. 

Le gouvernement avait alors encouragé les différentes institutions étatiques à s’approvisionner prioritairement chez les producteurs locaux pour leur différents besoins alimentaires.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé