Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le président du Faso, chef suprême des armées, a réuni ce 23 mai 2020, une session du Conseil supérieur de la défense nationale. 
Guinée: décès à Conakry ce 22 mai 2020 à l’âge de 70 ans, du musicien Mory Kanté, connu pour son titre à succès "Yéké Yéké".  
Burkina: l’ppposition politique exige la levée du couvre-feu instauré depuis le 21 mars dernier dans le cadre de la lutte contre la Covid’1
Covid-19: Des taximen de Ouaga souhaitent faire passer le prix de la course de 300 à 500 FCFA à cause la limitation du nombre de passagers 
Eau: en 2019, le gouvernement a construit 506 km de réseau d’adduction d’eau potable et 188 bornes fontaines en milieu urbain (DSN/PM).
Santé: 150 médecins spécialistes, 500 généralistes, 50 pharmaciens généralistes et 10 pharmaciens spécialistes formés en 2019 (DSN/PM).
Santé: le gouvernement a réalisé 59 CSPS, normalisé 67 autres, lancé les travaux du CHR de Manga et inauguré le CHR de Ziniaré (DSN/PM). 
Burkina : 5 lycées professionnels -1 en finition-, 2 lycées techniques et 8 lycées scientifiques-2 en finition- réalisés en 2019 (DSN/PM). 
Education: 2 578 salles de classes dont 1 167 en cours de finition, réalisés au Burkina à fin 2019 (DSN/PM). 
Burkina: le secteur minier a connu l’entrée en activité de 3 nouvelles mines portant la production d’or à 50 tonnes en 2019 (DSN/PM).

ECONOMIE

Partenaire privilégié des collectivités territoriales, le Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales (FPDCT) était présent à la 16e édition des Journées de la commune  Burkinabè (JCB) tenues à Manga du 21 au 23 novembre 2019. Occasion pour le Directeur général du fonds d'avoir des échanges direct avec les élus locaux et de révéler un nouveau projet qui selon lui, contribuera à booster le développement endogène desdites collectivités.


Après dix ans d’existence, le FPDCT se positionne comme l’un des partenaires privilégiés et plus dynamiques des collectivités territoriales. En effet, ce sont plus de 100  milliards de francs CFA qui ont été investis pour accompagner les collectivités territoriales dans le développement local sur la décennie d'existence de l'institution. Il s'est agi au cours de ces échanges pour le FPDCT, d'annoncer les différentes enveloppes des différents guichets qui seront alloués aux communes au titre de l'exercice 2020 et de recueillir les différentes préoccupations par apport à une meilleure prise en compte de leur accompagnement.

Concernant l'enveloppe financière allouée aux communes en 2020, Bruno S. Dipama, DG du FPDCT, a indiqué qu'elle sera de 6,2 milliards de francs CFA dont 6 milliards de francs CFA en provenance du budget de l'Etat et 200 millions de francs CFA de la Coopération suisse. Des préoccupations, les élus locaux ont fait remarquer que les subventions et droits de tirage arrivent le plus souvent en retard dans les collectivités territoriales. Face à cette préoccupation,  Bruno Dipama a indiqué que le Fonds est obligé d'attendre l'inscription de son budget dans celui de l'Etat avant de l'annoncer aux communes. Mais qu'à cela ne tienne, les premiers responsables du FPDCT disent avoir fait un plaidoyer auprès de l'exécutif pour une programmation sur trois ans afin de permettre aux collectivités territoriales d'avoir un aperçu de leur subvention et de faire des projets structurants.

Bruno Dipama, DG du FPDCT avec ses collaborateurs devant le stand de l'institution

Le "Projet 3 frontières" pour permettre aux communes de se dresser face à l’insécurité

"Fiscalité et développement, enjeux et perspectives", c'est sous ce thème que s'est tenue ces 16è Journées de la commune dans la cité de l'épervier. Un thème évocateur selon le DG du FPDCT pour qui, la relance de la responsabilisation des acteurs locaux dans la gestion de leurs cités pose les enjeux d'une gouvernance de proximité, impliquant le citoyen comme acteur de développement en relation avec les élus locaux, les acteurs étatiques et non étatiques. Toutes chose qui selon Bruno Dipama contribuera à la résilience face au phénomène du terrorisme.  

Ce " Projet 3 frontières" dit de nouvelle génération, interviendra donc dans les communes frontalières du Burkina, du Mali et du Niger. D’un coût total de plus de 6 milliards de francs CFA, il doit "permettre auxdites communes de se dresser face à l’insécurité." «Il y a une composante consacrée au pastoralisme, le dialogue social et aussi le volet investissement», a ajouté M. Dipama. Selon ses propos, l’objectif est de montrer que le gouvernement reste présent dans ces communes malgré les situations difficiles. Aussi, le DG du FPDCT a invité les maires des différentes communes à mettre à la disposition de l'institution, les terrains demandés pour la construction de son siège national et des agences régionales.

En somme, le FPDCT se veut être l'unique dispositif financier national devant mobiliser et gérer l'ensemble des ressources de l'Etat et de ses partenaires techniques et financiers destinées au financement des investissements sous la maitrise d'ouvrage des collectivités territoriales en veillant à la répartition équitable des financements mobilisés entre lesdites collectivités.


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir