Aujourd'hui,
URGENT
Côte d'Ivoire: saisie record de 200 tonnes de faux médicaments à Abidjan
Football: le Burkina Faso bat le Soudan du Sud par 2 buts à 1 au titre de la 2e journée des éliminatoires de la CAN 2021
Burkina: 32 terroristes neutralisés dans les régions du Centre-nord et du Nord
Sécurité: le Nigeria, le Bénin et le Niger lancent des patrouilles communes aux frontières
Burkina: l'opposition politique demande la levée "pure et simple" de la suspension de trois mois du FPR
5e RGPH: 5 229 contrôleurs et 20 916 agents recenseurs prêts pour l’opération de dénombrement qui débute ce 16 novembre
Niger: après trois ans d'absence, l'opposant Hama Amadou est rentré dans son pays ce jeudi 14 novembre
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré relâché «sans aucune charge»
Burkina: le Front patriotique pour le renouveau (FPR), parti d'opposition, du Dr Aristide Ouédraogo suspendu pour 3 mois
RDC: la France annonce 65 millions d'euros d'aides au pays

ENVIRONNEMENT

«L’Heure est grave, tout le monde le sait, c’est la forêt de Kua qui défraie la chronique parce que notre gouvernement n’a trouvé autre lieu que cette forêt classée depuis 1936 pour y construire un hôpital». Tels sont les propos de la Coalition citoyenne pour la préservation de l’environnement (CCPE) au cours d’une conférence de presse ce vendredi 31 mai 2019 à Ouagadougou. Selon ladite coalition, s’attaquer aux forêts de la région des Hauts-Bassins, c’est compromettre la disponibilité et la qualité des ressources en eau dans cette partie du Burkina.


La CCPE selon son porte-parole, Cléophas Zerbo, est née pour fédérer les actions des protecteurs de l’environnement pour défendre Kua à Bobo-Dioulasso, du désenclavement aux fins de construire un hôpital. Bien que saluant à sa juste valeur ce projet de construction d’un hôpital qui va certainement contribuer à sauver des vies humaines, la CCPE fait remarquer que la partie délimitée pour ce projet écocide qui est de 16 ha, comporte laplus grande densité de pieds de Vitellaria paradoxa (karité), une espèce intégralement protégée au Burkina et dont la valeur socio-économique n’est plus à démontrer. «En plus de cette espèce emblématique, on rencontre sur cette partie, d’autres espèces utilitaires comme Parkia biglobosa (néré), qui est à l’origine u soumbala. Il est important d’ajouter que la portion délimitée pour la construction de l’hôpital comporte une source d’eau», ajoute M. Zerbo.

Aux dires des conférenciers, l’alimentation en eau potable de la ville de Bobo-Dioulasso et ses localités environnantes est assurée à partir d’eau de sources dont la plupart se retrouvent dans ses forêts classées périurbaines. Une étude menée en 1993 montrerait que que les nappes de la zone de Bobo sont reliées et que les forêts classées de Kua, Dindéresso et Kuinima jouent un important rôle de captage et d’approvisionnement de ces nappes. Pour la CCPE donc, «s’attaquer aux forêts de cette région, c’est compromettre la disponibilité et la qualité des ressources en eau dans cette partie du Burkina.»

La coalition trouve curieux qu’un site antérieurement proposé et refusé soit à 400m seulement du nouveau site «litigieux» et à 100m des limites de la forêt. «Méconnaissance des bienfaits de la forêt ? Volonté attentatoire aux dispositions légales régissant les questions de gestion des forêts classées ? Agenda caché à dessein malsain ?» Autant de questions qui restent toujours sans réponses selon la CCPE. Pour la coalition, il y a comme une volonté manifeste d’amener les Burkinabè à choisir entre l’hôpital et la forêt classée alors qu’on peut bien avoir les deux.

Cabale politicienne ?

L’autre constat que fait la CCPE, c’est «la cabale politicienne  autour de la question qui empêche les acteurs, techniciens et défenseurs de l’environnement de s’exprimer.» «Or, le tout politique est dangereux pour notre pays. Cette question n’est pas politique, même si elle l’est, elle n’est point politicienne. Elle est d’ordre écologique et appelle à notre bon sens communautaire et à la préservation de l’avenir de notre nation et des générations futures», s’insurge Cléophas Zerbo.

La CCPE se dresse donc contre ce projet qu’elle qualifie d’écocide. Elle lance par conséquent, une lutte organisée contre ce qu’elle appelle invasion illégale des forêts en générale et de la forêt classée de Kua en particulier. Ainsi donc, elle entend entreprendre des démarches auprès des autorités, élargir son cercle, rencontrer les représentations diplomatiques, mener des actions afin de faire entendre sa voix et barrer la route à ce projet de déclassement d’une partie de la forêt de Kua etc.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé