Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la suspension d’importation de certains produits a apporté 8 milliards de FCFA aux industries locales (AIB)
Mali: le gouvernement fixe les législatives à mars et avril 2020
Sahel: la France va envoyer des renforts supplémentaires au Sahel, en sus du renfort des 220 soldats annoncé à Pau
Burkina: la loi portant institution de Volontaires pour la défense de la Patrie (VDP) adoptée par l'Assemblée nationale
Burkina: le document de Politique de Sécurité nationale remis au président du Faso
Afrique: 45 millions de personnes menacées par la famine en Afrique Australe
Médias: le Synatic annonce un sit-in (22 et 23 janvier) et une grève générale de 48 heures (du 29 au 30 janvier 2020)
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC

MONDE

Une manifestation de l’opposition ivoirienne contre le projet de nouvelle Constitution a été dispersée jeudi à Abidjan par la police. Plusieurs dirigeants de l’opposition ont été interpellés sans ménagement. Ils ont été relâchés dans la soirée. 

 

Ainsi, Sangaré Aboudramane, président du Front populaire ivoirien (FPI) tendance «Gbagbo ou rien», Mamadou Koulibaly de Leader, Boni Claverie de l’URD ont été interpellés par la police quelques minutes seulement après leur arrivée le lieu où devait débuter la marche.

La police a ensuite tiré du lacrymogène pour disperser la manifestation. Des proches des leaders interpelles ont affirmé être surpris, ce d’autant plus, à en croire leurs dires, que les autorités avaient été informées de cette marche et ils avaient donné leur accord.

Ce que dément une source sécuritaire qui assure qu’à aucun moment, cette marche n’a été autorisée.

Les partis de l’opposition regroupés au sein du «Front du Refus», avait appelé à marcher ce jeudi pour demander le retrait du projet de constitution qui sera soumis à référendum le 30 octobre prochain. Elle estime le projet de constitution inopportun et l’accuse de faire la part belle au pouvoir en place.

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé