Aujourd'hui,
URGENT
Agriculture: la Suisse alloue plus de 5 milliards FCFA aux petits agriculteurs de l’Afrique de l’Ouest. 
Burkina: l’Union européenne offre à l’armée du matériel destiné à la lutte contre le terrorisme.
Santé: le paludisme risque de tuer plus de personnes que le coronavirus en Afrique subsaharienne, prévient l’OMS.
Sommet UE-G5 Sahel : Roch Marc Christian Kaboré plaide pour plus d’investissements au profit des populations. 
Burkina: décès vendredi à Ouagadougou de Thomas Sanon, 73 ans, ancien ministre des Affaires étrangères et président du CES
Cyclisme: le Burkinabè 🇧🇫Paul Daumont nominé pour le prix du meilleur cycliste africain de l'année.
États-Unis : Donald Trump autorise le processus de transition vers une administration Biden.  
Burkina: un citoyen américain abattu le 21 novembre 2020, devant le camp Baba Sy de Ouagadougou.      
Burkina: l’Union africaine appelle à des élections apaisées et transparentes. 
Burkina: 860 villages et secteurs ne pourront pas prendre part au scrutin couplé. Cela représente environ 370 000 Burkinabè.

POLITIQUE

La Nouvelle alliance du Faso (Nafa) s’alarme, dans la déclaration suivante, de l’Etat de santé de l’ancien ministre des Affaires étrangères, Djibrill Bassolé , incarcéré à la Maison d’arrêt et de correction des armées (Maca) pour son implication présumée dans la tentative de putsch contre les autorités de la transition en septembre 2015. Le parti réclame son évacuation à l’étranger pour des soins médicaux appropriés.


«Suite aux informations persistantes sur la fragilisation progressive de l'état de santé et les manœuvres de privations de soins médicaux dont est victime, le prisonnier politique  Djibrill Bassolé de la part des autorités judiciaires militaires burkinabè , la Nouvelle Alliance du Faso (NAFA) exprime ses vives inquiétudes pour la vie de son candidat aux élections présidentielles de novembre 2015.

En effet, transféré de la MACA le 23 janvier 2017 à la clinique du cœur où il a fait un séjour de 24 heures, Djibrill Y. Bassolé devait y retourner pour des soins et examens complémentaires le 1er février.
Allant contre les prescriptions médicales de son médecin traitant, les autorités judiciaires militaires ne lui ont pas permis d’honorer, dans des conditions adéquates, ces rendez-vous médicaux d’une importance capitale pour sa vie. Conséquence, son état de santé  détérioré et c’est sans surprise que Djibrill Bassolé a été une nouvelle fois, victime d’un malaise ce samedi 25 février.

Par ce communiqué, la NAFA tient à rappeler  que la privation de soins à des personnes détenues est inacceptable dans un état de droit  et constitue une violation flagrante des droits de la personne humaine.

Face à cette situation de non droit où la vie de Djibrill Bassolé est en danger, le parti exige sans délais et sans  condition :


•    l’évacuation à l’étranger du prisonnier politique Djibrill Bassolé  pour des soins médicaux appropriés ;
•    la cessation  immédiate de l’instrumentalisation politique du dossier Djibrill Bassolé par le pouvoir du MPP ;
•    la libération immédiate de Djibrill Bassolé en attendant son procès.

La NAFA tient  en outre à rappeler aux autorités judiciaires et politiques du MPP qu’elles seront tenues pour seules responsables pour tout dommage irréversible qui adviendrait sur l’état de santé de Djibrill Bassolé.»

Justice- Unité- Travail
Fait à Ouagadougou,  le 26 février 2017

Le Président
Rasmané OUEDRAOGO
Economiste- Planificateur
Chevalier de l’Ordre National


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir