Aujourd'hui,
URGENT
Cyclisme: le Burkinabè 🇧🇫Paul Daumont nominé pour le prix du meilleur cycliste africain de l'année.
États-Unis : Donald Trump autorise le processus de transition vers une administration Biden.  
Burkina: un citoyen américain abattu le 21 novembre 2020, devant le camp Baba Sy de Ouagadougou.      
Burkina: l’Union africaine appelle à des élections apaisées et transparentes. 
Burkina: 860 villages et secteurs ne pourront pas prendre part au scrutin couplé. Cela représente environ 370 000 Burkinabè.
Burkina: 6 490 144 électeurs appelés aux urnes ce dimanche 22 novembre 2020 pour élire le président et les 127 députés pour 5 ans. 
Justice: 4 des 7 prévenus relaxés pour faits non constitués dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS.     
Procès CNSS: Norbert Zèda, ex DRH, écope de 30 mois ferme et 5 ans d’interdiction d’exercer dans la fonction publique. 
Justice: Daniel Sawadogo, ex chef de personnel écope de 20 mois ferme et 5 ans d’interdiction dans la fonction publique (procès CNSS). 
Justice: Natacha Ouédraogo, épouse de l’ex DRH écope de 12 mois ferme dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS. 

POLITIQUE

Se fondant sur la décision du Groupe de travail des Nations Unies sur le cas Djibrill Bassolé, la Nouvelle alliance du Faso (Nafa) invite la justice militaire du Burkina à procéder immédiatement et sans délai à la libération de l’ancien ministre Djibrill Bassolé, incarcéré à la suite du putsch manqué de septembre 2015.


« Suite à la requête des avocats du général Djibrill Bassolé, le Groupe de Travail des Nations Unies sur la Détention arbitraire a rendue publique le 3 juillet 2017, sa décision  sur le caractère arbitraire de la détention du général Djibrill Bassolé. Il ressort de cet avis,   « que la privation de la liberté de Monsieur Bassolé est arbitraire en ce qu’elle est contraire aux articles 10 et 11 de la déclaration universelle des droits de l’homme et aux articles 9 et 14 du pacte international relatif aux droits civils et politiques ».

Dans ses conclusions, le groupe  demande de libérer immédiatement M Bassolé et à lui conférer le droit d’obtenir réparation conformément au droit international.

Le Burkina Faso  étant un état membre de l’Organisation des Nations Unies, la Nouvelle Alliance du Faso fort de son attachement à la légalité, au respect des  idéaux de paix, d’égalité et de justice, prend acte de la décision du Groupe de Travail des Nations.

La NAFA constate que cet avis vient confirmer que  l’incarcération de  Djibrill Bassolé n’avait aucun fondement juridique autre que celui visant à l’affaiblir et à l’écarter politiquement, chose que le parti a toujours dénoncé.

De ce qui précède, la NAFA invite la justice militaire du Burkina Faso à tirer les conséquences de cette décision et à procéder immédiatement et sans délai à la libération de Djibrill Bassolé comme souligné par le Groupe de Travail des Nations.

Le parti invite le Président du Faso, garant  des institutions de la république à prendre toutes les mesures nécessaires pour se conformer au droit international en appliquent la décision du Groupe de Travail des Nations Unies sur la Détention arbitraire conformément au Droit international des Droits de l’Homme. »

Fait à Ouagadougou le 5 juillet 2017
Le Président

Rasmané OUEDRAOGO
Chevalier de l’Ordre National

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir