Aujourd'hui,
URGENT
Cyclisme: le Burkinabè 🇧🇫Paul Daumont nominé pour le prix du meilleur cycliste africain de l'année.
États-Unis : Donald Trump autorise le processus de transition vers une administration Biden.  
Burkina: un citoyen américain abattu le 21 novembre 2020, devant le camp Baba Sy de Ouagadougou.      
Burkina: l’Union africaine appelle à des élections apaisées et transparentes. 
Burkina: 860 villages et secteurs ne pourront pas prendre part au scrutin couplé. Cela représente environ 370 000 Burkinabè.
Burkina: 6 490 144 électeurs appelés aux urnes ce dimanche 22 novembre 2020 pour élire le président et les 127 députés pour 5 ans. 
Justice: 4 des 7 prévenus relaxés pour faits non constitués dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS.     
Procès CNSS: Norbert Zèda, ex DRH, écope de 30 mois ferme et 5 ans d’interdiction d’exercer dans la fonction publique. 
Justice: Daniel Sawadogo, ex chef de personnel écope de 20 mois ferme et 5 ans d’interdiction dans la fonction publique (procès CNSS). 
Justice: Natacha Ouédraogo, épouse de l’ex DRH écope de 12 mois ferme dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS. 

POLITIQUE

Le ministre en charge de l’Administration territoriale, Siméon Sawadogo a procédé ce jeudi 23 novembre 2017 à Ouagadougou à la remise des chèques représentant chacun le montant de la subvention allouée à chaque parti politique bénéficiaire au titre de l’année 2017. La cagnotte  de 500 millions de francs CFA a été partagée entre cinq partis politiques dont deux de la majorité et trois de l’opposition.

Les 500 millions de francs CFA, montant de la subvention, ont été répartis entre les cinq partis politiques qui ont obtenu plus de 3% du suffrage exprimé lors des dernières élections législatives conformément à la loi.

 «En ce qui concerne l’année 2017, il y a 6 partis qui remplissent les conditions. Pour qu’ils puissent en bénéficier ils devraient avoir justifié la somme qu’ils ont perçu l’année passée au plus tard le 31 mars. De ce fait, nous avons 6 partis qui devraient en bénéficier mais nous avons 5 partis qui ont justifié et qui répondent aux conditions donc ce sont ces 5 partis qui bénéficient de cette subvention au prorata du nombre de suffrages obtenus» a expliqué le ministre Siméon Sawadogo.

Les partis bénéficiaires au titre de l’année 2017 sont : le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP): 227 250 000 frans CFA, l’Union pour le progrès et le Changement (UPC) 134 500 000 F CFA, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) 86 500 000 francs CFA, la Nouvelle alliance du Faso (Nafa) 27 200 000 francs CFA et l’Union pour la renaissance, parti sankariste (Unir/PS) 24 550 000 francs CFA. 

Selon les explications du ministre qui n’a pas dévoilé à la presse le nom du sixième parti n’ayant pas bénéficié de cette subvention, ce parti a déposé son rapport financier en dehors des délais prévus à cet effet. Il a, par conséquent déplore le ministre, perdu son droit au financement public pour cette année conformément aux dispositions légales. Mais selon une source du ministère, ce parti serait l’alliance pour la démocratie et la fédération-Rassemblement démocratique africain (ADF/RDA).

L’allocation de cette subvention publique accordée aux partis et formations politiques pour leurs activités hors campagne électorale au titre de l’année 2017 est une des obligations du gouvernement. Mais cette année, le déblocage a connu un retard qu’a tenté d’expliquer le ministre: «la subvention reçue par les partis politiques suit un long processus de déblocage et son utilisation est soumise à un contrôle rigoureux opéré par les institutions compétentes en vue d’en garantir la bonne gestion. (…) La Cour des comptes se prononce dans les six mois à partir de la date de dépôt du rapport financier».

Un retard déploré par Boureima Thiombiano de l’Unir/PS: «Nous déplorons ce retard car à chaque fois nous recevons la subvention en fin d’année et les partis sont obligés de grouiller pour préfinancer leurs activités. Nous avons 5 mois pour justifier et nous ne pouvons justifier que sur la base des préfinancements que nous avons déjà eu à faire sinon ce n’est pas possible de nous donner de l’argent en un mois et nous dire de le dépenser et de venir justifier. Vraiment nous déplorons cela. Je pense que ce n’est pas la première fois que nous interpellons le gouvernement».  Notons que ces partis politiques bénéficiaires ont 5 mois soit au plus tard le 31 mars 2018 pour déposer leur rapport financier.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir