Aujourd'hui,
URGENT
Cyclisme: le Burkinabè 🇧🇫Paul Daumont nominé pour le prix du meilleur cycliste africain de l'année.
États-Unis : Donald Trump autorise le processus de transition vers une administration Biden.  
Burkina: un citoyen américain abattu le 21 novembre 2020, devant le camp Baba Sy de Ouagadougou.      
Burkina: l’Union africaine appelle à des élections apaisées et transparentes. 
Burkina: 860 villages et secteurs ne pourront pas prendre part au scrutin couplé. Cela représente environ 370 000 Burkinabè.
Burkina: 6 490 144 électeurs appelés aux urnes ce dimanche 22 novembre 2020 pour élire le président et les 127 députés pour 5 ans. 
Justice: 4 des 7 prévenus relaxés pour faits non constitués dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS.     
Procès CNSS: Norbert Zèda, ex DRH, écope de 30 mois ferme et 5 ans d’interdiction d’exercer dans la fonction publique. 
Justice: Daniel Sawadogo, ex chef de personnel écope de 20 mois ferme et 5 ans d’interdiction dans la fonction publique (procès CNSS). 
Justice: Natacha Ouédraogo, épouse de l’ex DRH écope de 12 mois ferme dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS. 

POLITIQUE

En détention depuis le 29 septembre 2015 puis assigné en résidence surveillée pour présomption de faits graves, le général Djibril Bassolé est appelé à comparaître devant le tribunal militaire de Ouagadougou le 27 février prochain. En attendant ce procès tant attendu par le peuple burkinabè, le parti politique la Nouvelle alliance du Faso (Nafa) est sorti ce mardi 6 février pour dénoncer ce qu’il qualifie d’immixtion du pouvoir exécutif dans ce dossier.


Pour la Nafa, la justice militaire ne saurait être impartiale et ne pourrait donner les garanties d’un procès équitable à quiconque le pouvoir exécutif aurait dans son viseur. Parce que selon les responsables du parti, cette justice est soumise à la hiérarchie militaire. Les conférenciers de ce mardi disent être inquiet de l’issue de ce procès qui s’ouvre le 27 février prochain.

Le non-respect de la décision du groupe de travail des Nations-Unies sur la détention «arbitraire» de Djibril Bassolé ; le non-respect de la décision du président de la chambre de contrôle du tribunal militaire de Ouagadougou, de la mise en liberté provisoire du général ; le limogeage du commissaire du gouvernement, Norbert Koudougou, du juge d’instruction Sébastien Rapadamnaba et du retrait du juge d’instruction Frédéric Ouédraogo de l’instruction du dossier ; la révocation du président de la chambre de contrôle, Jean Marie Ouattara pour avoir jugé illégal l’arrêté d’assignation à résidence pris par le ministre de la défense, sont autant de faits qui selon Mamoudou Dicko, secrétaire exécutif national de la Nafa, confirme la mainmise de l’exécutif sur le tribunal militaire.

«L’ancien président Michel Kafando avait dit en son temps que le Burkina n’est pas un Etat voyou. Nous sommes un pays respectueux et il est inconcevable que nos gouvernants refusent de respecter les décisions de justice. Si les juges en charge de ce dossier peuvent être révoqués comme cela se fait dans ce dossier, nous sommes en droit de nous inquiéter sur l’issue de ce procès. Nous estimons que nous sommes inhibés par l’embastillement de notre leader», s’offusque Mamoudou Dicko.

Par conséquent, la Nafa demande la libération pure et simple de Djibril Bassolé avant l’ouverture du procès. Le parti se réjouit par ailleurs de la programmation du procès le 27 février prochain qui constitue selon lui, une lueur d’espoir pour toutes les victimes et les parents des victimes. Mamoudou Dicko et ses camarades condamnent «les manœuvres, les manipulations et les immixtions politiciennes injustifiées de l’exécutif à tous les niveaux de la procédure judiciaire du putsch manqué de septembre 2015». Ils appellent les magistrats et tous les acteurs de la justice burkinabè à travailler pour consolider l’indépendance de la justice.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir