Aujourd'hui,
URGENT
Cyclisme: le Burkinabè 🇧🇫Paul Daumont nominé pour le prix du meilleur cycliste africain de l'année.
États-Unis : Donald Trump autorise le processus de transition vers une administration Biden.  
Burkina: un citoyen américain abattu le 21 novembre 2020, devant le camp Baba Sy de Ouagadougou.      
Burkina: l’Union africaine appelle à des élections apaisées et transparentes. 
Burkina: 860 villages et secteurs ne pourront pas prendre part au scrutin couplé. Cela représente environ 370 000 Burkinabè.
Burkina: 6 490 144 électeurs appelés aux urnes ce dimanche 22 novembre 2020 pour élire le président et les 127 députés pour 5 ans. 
Justice: 4 des 7 prévenus relaxés pour faits non constitués dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS.     
Procès CNSS: Norbert Zèda, ex DRH, écope de 30 mois ferme et 5 ans d’interdiction d’exercer dans la fonction publique. 
Justice: Daniel Sawadogo, ex chef de personnel écope de 20 mois ferme et 5 ans d’interdiction dans la fonction publique (procès CNSS). 
Justice: Natacha Ouédraogo, épouse de l’ex DRH écope de 12 mois ferme dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS. 

POLITIQUE

Le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a échangé ce jeudi 20 septembre 2018 avec l’opposition politique sur la situation sécuritaire. La veille, le mercredi 19 septembre, il recevait l’Alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP). L’objectif de ces différentes rencontres est d’échanger à bâton rompu avec ces différents regroupements sur la situation nationale et surtout sur les questions sécuritaires.

 Tour à tour, le chef du gouvernement a rassuré ses différents interlocuteurs des mesures prises par l’Etat pour venir à bout de ces différentes attaques terroristes qui depuis 2015 a fait 118 tués.  Tout en appelant à l’union sacrée des Burkinabè, il a surtout demandé aux populations à ne pas céder à la panique.

« C’est vrai que la situation est difficile mais il faut garder confiance car nous sommes un peuple attaché viscéralement à la liberté, à la démocratie. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir au niveau du gouvernement pour défendre l’intégrité territoriale, pour défendre la démocratie pour que le Burkina Faso vive toujours dans la paix dans la liberté et dans la fraternité », a-t-il indiqué.

Au cours de ces rencontres, le chef du gouvernement a partagé les informations qu’il avait sur l’actuel situation sécuritaire et en retour a reçu des solutions et des idées de ces interlocuteurs pour mieux relever le défi.  « Nous allons rassurer nos militants que le gouvernement  est à pied d’œuvre pour sécuriser le pays » a laissé entendre, Me Bénéwendé Sankara, porte parole de la majorité présidentielle.

Avec l’opposition ce jeudi 20 septembre 2018, le même rituel a été respecté. A leur sortie, la délégation de l’opposition a fait savoir que ses propositions se résumaient en trois points : la patrie, l’unité et la solidarité.

« Nous pensons que nous avons une même patrie et cela nous oblige à avoir une même unité d’action. Cela nous oblige aussi à être solidaires. Nous avons également dit qu’on doit travailler à apporter des réponses aux préoccupations, appuyer les forces de défense et de sécurité et surtout améliorer la communication de telle sorte que cette communication permette à tous les Burkinabè de se sentir impliquer dans la lutte. Nous devons éviter toute communication qui aurait tendance à diviser les Burkinabè » a dit Me Gilbert Ouédraogo, porte parole de l’opposition.

Cette rencontre avec la classe politique se tient dans le cadre de la série de concertations entreprise par le Premier ministre avec les forces vives de la Nation sur la situation nationale. Dans cette optique, il avait rencontré les leaders coutumiers et religieux.

Source: Premier ministère/RTB

 

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir