Aujourd'hui,
URGENT
Cyclisme: le Burkinabè 🇧🇫Paul Daumont nominé pour le prix du meilleur cycliste africain de l'année.
États-Unis : Donald Trump autorise le processus de transition vers une administration Biden.  
Burkina: un citoyen américain abattu le 21 novembre 2020, devant le camp Baba Sy de Ouagadougou.      
Burkina: l’Union africaine appelle à des élections apaisées et transparentes. 
Burkina: 860 villages et secteurs ne pourront pas prendre part au scrutin couplé. Cela représente environ 370 000 Burkinabè.
Burkina: 6 490 144 électeurs appelés aux urnes ce dimanche 22 novembre 2020 pour élire le président et les 127 députés pour 5 ans. 
Justice: 4 des 7 prévenus relaxés pour faits non constitués dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS.     
Procès CNSS: Norbert Zèda, ex DRH, écope de 30 mois ferme et 5 ans d’interdiction d’exercer dans la fonction publique. 
Justice: Daniel Sawadogo, ex chef de personnel écope de 20 mois ferme et 5 ans d’interdiction dans la fonction publique (procès CNSS). 
Justice: Natacha Ouédraogo, épouse de l’ex DRH écope de 12 mois ferme dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS. 

La délégation a exposé au Premier ministre leur attente

POLITIQUE

Une délégation du  Conseil Supérieur de la Communication (CSC) avec à sa tête Mathias Tankoano, président de l'institution, a été reçue en audience par le Premier ministre Christophe Joseph marie Dabiré ce vendredi 29 mars 2019 à Ouagadougou. Elle est allée faire le point de ses activités et des ses  attentes  vis à vis du gouvernement selon M. Tankoano.

« Nous sommes passés faire le point de nos activités et des attentes du CSC vis à vis du gouvernement. Dans le processus électoral pour lequel nous avons déjà  entamé les préparatifs, le CSC a un rôle capital non  seulement pour contrôler les messages politiques qui passent dans les médias mais surtout pour assurer l'équilibre entre les acteurs politiques » a expliqué Mathias Tankoano à sa sortie d’audience. A l'en croire, ce rôle va se complexifier avec le vote des Burkinabè de l’étranger. L’équation sera comment arriver à faire que tous les Burkinabè qui seront candidats puissent avoir accès aux mêmes médias à l'extérieur du pays, tout en sachant qu'il y va de la souveraineté de ces Etats.

La question de l'actualité du pays notamment celle du terrorisme et du traitement de l’information en la matière était aussi à l'ordre du jour selon M. Tankoano : « Nous sommes passés faire le point du travail que le CSC est en train de mener à ce sujet, de nos attentes et des reformes législatives qui pourront permettre au CSC de jouer pleinement son rôle ».

Le président du CSC n'a pas manqué de saluer la « hauteur » des médias en ce moment particulier et prévoit, en collaboration avec le secrétariat général à la Défense, d’organiser un atelier à Ouagadougou  sur le dialogue entre Forces de Défense et de Sécurité et les journalistes suites aux rencontres de  Koudougou et de Banfora. « Nous pensons qu'aujourd'hui que nos médias font preuve de professionnalisme. La principale préoccupation demeure les réseaux sociaux qui ne sont pas l'apanage des journalistes professionnels » a laissé entendre Mathias Tankoano.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir