Aujourd'hui,
URGENT
Cyclisme: le Burkinabè 🇧🇫Paul Daumont nominé pour le prix du meilleur cycliste africain de l'année.
États-Unis : Donald Trump autorise le processus de transition vers une administration Biden.  
Burkina: un citoyen américain abattu le 21 novembre 2020, devant le camp Baba Sy de Ouagadougou.      
Burkina: l’Union africaine appelle à des élections apaisées et transparentes. 
Burkina: 860 villages et secteurs ne pourront pas prendre part au scrutin couplé. Cela représente environ 370 000 Burkinabè.
Burkina: 6 490 144 électeurs appelés aux urnes ce dimanche 22 novembre 2020 pour élire le président et les 127 députés pour 5 ans. 
Justice: 4 des 7 prévenus relaxés pour faits non constitués dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS.     
Procès CNSS: Norbert Zèda, ex DRH, écope de 30 mois ferme et 5 ans d’interdiction d’exercer dans la fonction publique. 
Justice: Daniel Sawadogo, ex chef de personnel écope de 20 mois ferme et 5 ans d’interdiction dans la fonction publique (procès CNSS). 
Justice: Natacha Ouédraogo, épouse de l’ex DRH écope de 12 mois ferme dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS. 

POLITIQUE

 

 

Dans le démenti qui suit, la section provinciale de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) du chef de file de l’opposition réfute la démission de 500 de ses militants comme annoncé par un cacique du parti au pouvoir, le MPP. 

«Le samedi 13 avril 2019, lors de sa tournée dans la Province de la Kossi, le président par intérim du MPP, Monsieur Simon COMPAORE, a affirmé avoir reçu 500 démissionnaires du CDP, de la NAFA et de l’UPC dans la commune de Djibasso.

La section provinciale de l’UPC n’a enregistré aucune démission de militant.

Elle oppose donc un démenti formel aux propos de Monsieur Simon COMPAORE. 

En réalité, les caciques du MPP sont paniqués du fait que l’UPC occupe progressivement le terrain politique de la Kossi. En effet, notre parti a mis en place des équipes fonctionnelles et dynamiques dans tous les villages et hameaux de culture de la Kossi. Ces structures ont d’ailleurs été outillées et fortement galvanisées par la rencontre avec la direction du parti le 31 mars dernier. C’est cette rapide et extraordinaire réorganisation de l’UPC dans la province, après de multiples complots foirés, qui rend les premiers responsables du MPP fébriles. 

La rencontre de Djibasso, annoncée comme un « 8 mars en différé », n’a pas même pas réuni 200 personnes. 

Dans la Kossi tout comme dans les autres provinces, le MPP n’arrive plus à mobiliser du fait de son bilan calamiteux et de sa culture de la division des filles et fils du pays. 

La section UPC de la Kossi invite donc l’ensemble de ses 10 sous-sections et de ses 288 comités de base à continuer sereinement leur travail, sans tenir compte des gesticulations de Simon COMPAORE et de ses « bons petits». 

 

Nouna, le 16 avril 2019

Le Secrétaire général de la section UPC de la Kossi,

Membre du Bureau Politique National,

Dr Adolphe SERME

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir