Aujourd'hui,
URGENT
Médias: un incendie a ravagé ce matin les  locaux de la télévision BF1. Pas de blessé, mais d'importants dégâts matériels.
Burkina: le secteur minier, c’est 71% des recettes d’exportation,  50 tonnes d’or produites en 2019 qui ont rapporté 1420 milliards FCFA.
Mines: en 2020, l’exportation d’or a rapporté près de 2 000 milliards de FCFA au Burkina (Oumarou Idani). 
Covid-19: un nouveau décès et 83 nouveaux cas à la date du 12 janvier 2021 au Burkina Faso. 
Mali: trois Casques bleus ivoiriens tués quand leur véhicule a sauté sur une mine dans la région de Tombouctou (Officiel). 
Burkina: la NAFA félicite le président Kaboré pour la création d’un ministère de la Réconciliation nationale et encourage Zéphirin Diabré. 
Burkina: le couvre-feu prolongé de 45 jours dans la région du Sahel dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. 
États-Unis: 20 000 soldats de la Garde nationale déployés à Washington pour l'investiture de Joe Biden (médias). 
États-Unis: Donald Trump devient le premier président sous l'objet d'une deuxième procédure de destitution dans l'histoire du pays.
Covid-19: 184 nouveaux cas et 3 décès à la date du 11 janvier 2021 au Burkina.  

POLITIQUE

La Cour de cassation française s'est penchée mardi sur le recours de François Compaoré contre son extradition vers le Burkina Faso, où le frère de l'ex-président est mis en cause dans l'assassinat, en 1998, du journaliste Norbert Zongo, rapporte Jeune Afrique.

«La plus haute juridiction judiciaire française doit se prononcer le 4 juin sur le pourvoi, à l’appui duquel la défense de François Compaoré a déposé une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) sur les textes régissant l’extradition», rapportent nos confrères.

Inculpé d'incitation à assassinat dans l'affaire du journaliste Norbert Zongo tué le 13 décembre 1998, alors qu'il enquêtait sur la mort de son chauffeur, François Compaoré, frère cadet de l’ancien président Blaise Compaoré, a été interpellé le 29 octobre 2017 à Paris suite à un mandat d’arrêt international lancé par la justice du Burkina Faso, avant d’être placé sous contrôle judiciaire.

Le 5 décembre, la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris avait donné le feu vert à extradition vers Ouagadougou.

Devant la Cour de cassation, l’avocat de François Compaoré, Me François-Henri Briard,  «a souligné le caractère très sensible du dossier. L’avocat a eu des mots durs: selon lui, cette affaire concerne un pays politiquement instable, dans lequel la justice est délabrée. Ce dossier est sensible aussi du fait du nom du requérant, dont le frère s’est réfugié en Côte d’Ivoire, a plaidé l’avocat. Une voie facile de vengeance est de diriger des poursuites vers le frère», relate Jeune Afrique.

Or, pour s’assurer du respect des règles du procès équitable – indispensable pour autoriser une extradition – la chambre de l’instruction ne s’est appuyée que sur des éléments fournis par les autorités burkinabè, a observé l’avocat, remettant en cause leur impartialité. C’est «un homme mort s’il rentre au Burkina Faso», a-t-il assuré.

L’avocate générale a pour sa part expliqué que le ministère de la Justice burkinabè avait «pris l’engagement que M. Compaoré bénéficierait de conditions d’incarcération très améliorées», dans l’hypothèse d’une condamnation dans son pays. 

François Compaoré sera fixé sur son sort le 4 juin.

Pour être effective, une extradition doit aussi être autorisée par un décret du gouvernement français.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir