Aujourd'hui,
URGENT
Burkina : 1 034 609 personnes déplacées internes accueillies dans 257 communes (gouvernement). 
Burkina: au moins 25 terroristes neutralisés les 11 et 13 septembre 2020 dans le Soum et le Loroum (Etat-major des armées).
Burkina: 65 partis politiques soutiennent la candidature du président Roch Kaboré, selon le MPP, parti au pouvoir. 
Elections 2020: la date limite de dépôt le 22 septembre pour les législatives et le 2 octobre pour la présidentielle au Burkina.
Burkina: Ouaga enregistre 541 266 candidatures, soit 41,95% du nombre total pour les concours directs de la Fonction publique/2020.
Burkina: 1 290 142 candidatures enregistrées pour 4 721 postes à pourvoir pour les concours directs de la Fonction publique /2020.
Présidentielle/2020: des jeunes collectent 8 millions de Fcfa pour payer la caution du candidat Roch Marc Christian Kaboré.  
Burkina: l’ancien premier ministre Yacouba Isaac Zida sera investi comme candidat à la présidentielle le 25 septembre.
Burkina: le dialogue avec les groupes armés, une «nécessité humanitaire», selon le CICR.
Justice: le juge des référés ordonne l’interdiction immédiate de l’utilisation de l’identité et du logo du CDP par Mahamadi Kouanda. 

POLITIQUE

L'Union pour le progrès et le changement (UPC) est favorable à la construction du futur hôpital de référence à Bobo-Dioulasso et nulle part ailleurs. Cependant, le parti souhaite qu’il soit construit sur un site consensuel hors de la forêt de Kua. C’est ce qu’a annoncé le parti d’opposition ce lundi 27 mai 2019 à Ouagadougou.

Le parti a d’emblée dénoncé l’agression dont ont été victime les membres du groupement opposé au déclassement partiel de Kua (Mouvement pour la Protection de la Forêt de Kua) le dimanche 26 mai dernier dans la ville de Sya. Ce groupement constitué d'organisations de la société civile et de citoyens, tous opposés au déclassement partiel de la forêt de Kua a procédé au lancement de ses activités à travers une conférence de presse à Bobo-Dioulasso.  A l'issue de cette conférence de presse, selon les cadres de l’UPC, « des jeunes instrumentalisés, armés de fouets, de cordes et d'autres objets dangereux ont agressé des responsables d’OSC encore présents sur les lieux, détruit des chaises, endommagé des engins et ont projeté vandaliser des domiciles privés des responsables du mouvement dont celui de l'initiateur, le député Moussa Zerbo ».

Aussi, à en croire le 2e Vice-président de l’UPC, Adama Sosso, ces jeunes se seraient ensuite rendus à la RTB/Haut-Bassins où ils ont « obligé » des journalistes à interrompre leurs activités pour couvrir leur manifestation avant de se rendre au cercle des débats dans la zone commerciale, où ils ont menacé des leaders d'OSC. Alertée, la compagnie républicaine de sécurité est allée sécuriser la résidence de Moussa Zerbo. Ceci étant, « l'UPC a condamné  fermement  ces actes de vandalisme  et regrette que ces agissements rétrogrades et anti-démocratiques soient soutenus par des chapelles politiques tapis dans l'ombre » a fait savoir M. Sosso. 

« L'UPC constate que le déclassement de la forêt de Kua pour la construction d'un hôpital fait couler beaucoup d'encre et de salive, toute chose qui témoigne du manque de consensus sur l'occupation de cet espace écologique. Mais jusque là, les antagonistes avaient privilégié la force des arguments et des actions citoyennes pour exprimer leurs divergences. C'est, du reste,  dans cette optique que l'UPC entend soutenir la création du Mouvement pour la Protection de la forêt de Kua dont l'un des membres est le président de la Commission du développement rural, de l'économie et des changements climatiques à l'Assemblée nationale M. Moussa Zerbo » a expliqué Adama Sosso.

Par ailleurs, le parti a témoigné son soutien à l'ensemble des membres du mouvement dont « l'objectif unique est de protéger l'environnement en s'opposant à la destruction de la forêt » Les conférenciers du jour ont aussi  invité les autorités administratives à l'impartialité dans la gestion de cette polémique et à jouer « pleinement leur rôle régalien ». Le pouvoir actuel a quant à lui été mis en garde contre toute tentative d'étouffer la liberté d'expression de citoyens soucieux de protéger leur environnement. 

Enfin, le parti du lion a affirmé  soutenir le projet de construction de l'hôpital en question à Bobo Dioulasso et « nulle part ailleurs ». Dans cette optique, le gouvernement a été invité à trouver « rapidement »  un site consensuel pour réaliser le projet pour le grand bonheur des populations bénéficiaires.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir