Aujourd'hui,
URGENT
Soum: le grand imam de la ville de Djibo a été enlevé ce mardi 11 août 2020 à la mi journée (infowakat.net). 
Sport: la jeunesse de Tampouy rend hommage au défunt journaliste Yannick Sankara à travers le tournoi "Génération consciente". 
Politique: la réception des dossiers de candidature à la présidentielle de 2020 au Burkina Faso fixée du 28 septembre au 3 octobre.
Burkina: un syndicat de journalistes dénonce des intimidations sur les travailleurs des médias publics. 
Culture: le Fonds de soutien du président du Faso aux acteurs culturels reçoit les dossiers de candidature à partir du 12 août 2020. 
Armée: 2250 nouveaux soldats présentés au drapeau le 7 août 2020, au camp militaire Ouezzin-Coulibaly de Bobo-Dioulasso.
Burkina: un rassemblement de soutien à Blaise Compaoré interdit à Ouagadougou. 
Agriculture: les parasites, notamment les chenilles légionnaires, ont été maîtrisés à 98% dans la region du Sud-Ouest (Directeur régional).
Covid-19: l’ambassade de Chine au Burkina offre 10 000 masques et 20 thermomètres au ministère de l’Education nationale.   
Burkina: la police met fin aux activités d’un réseau de présumés malfrats dans la ville de Ouaga détenant 509 cartes bancaires.   

©Dr

POLITIQUE

Le dimanche 9 juin dernier, près de cent civils ont été tués dans le village de Sobane au Mali et une vingtaine de personnes tuées dans une attaque dans la commune rurale d’Arbinda au Burkina Faso. Dans cette déclaration, Federica Mogherini, la Haute Représentante de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, vice-présidente de la Commission européenne, demandent aux autorités des deux pays de redoubler leurs efforts pour assurer la protection des populations.

"Près de cent civils ont été tués ce dimanche par des groupes armés dans le village de Sobane, dans le centre du Mali. Le même jour, une vingtaine de personnes ont été tuées lors d'une attaque dans la commune d'Arbinda, dans le nord du Burkina Faso. Nous présentons nos condoléances aux familles des victimes, ainsi qu'aux peuples et aux gouvernements malien et burkinabé.

Ces exactions contre des populations peuvent constituer des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité. Des enquêtes doivent être conduites immédiatement et les auteurs doivent être traduits devant la justice dans les meilleurs délais. Face à cette montée de la violence à l’encontre des populations civiles, il est urgent que les autorités maliennes et burkinabés redoublent leurs efforts pour assurer la protection des populations et s’engagent dans la mise en œuvre de processus de dialogue et de réconciliation avec toutes les communautés. Un processus de désarmement et le démantèlement de l’ensemble des milices et des groupes d’autodéfense qui sévissent dans ces régions doit également être engagé d’urgence.

L’Union européenne continuera de soutenir le Mali et le Burkina Faso et se tient au côté de toute la région du Sahel pour contribuer à la paix, la sécurité et la satisfaction des besoins des populations."

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir