Aujourd'hui,
URGENT
Cyclisme: le Burkinabè 🇧🇫Paul Daumont nominé pour le prix du meilleur cycliste africain de l'année.
États-Unis : Donald Trump autorise le processus de transition vers une administration Biden.  
Burkina: un citoyen américain abattu le 21 novembre 2020, devant le camp Baba Sy de Ouagadougou.      
Burkina: l’Union africaine appelle à des élections apaisées et transparentes. 
Burkina: 860 villages et secteurs ne pourront pas prendre part au scrutin couplé. Cela représente environ 370 000 Burkinabè.
Burkina: 6 490 144 électeurs appelés aux urnes ce dimanche 22 novembre 2020 pour élire le président et les 127 députés pour 5 ans. 
Justice: 4 des 7 prévenus relaxés pour faits non constitués dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS.     
Procès CNSS: Norbert Zèda, ex DRH, écope de 30 mois ferme et 5 ans d’interdiction d’exercer dans la fonction publique. 
Justice: Daniel Sawadogo, ex chef de personnel écope de 20 mois ferme et 5 ans d’interdiction dans la fonction publique (procès CNSS). 
Justice: Natacha Ouédraogo, épouse de l’ex DRH écope de 12 mois ferme dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS. 

©présidence du Faso

POLITIQUE

 

 La 55e session de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO a clos ses travaux cet après-midi, par l’élection du président de la conférence, en la personne du président nigérien, Mahamadou Issoufou. Le président Issoufou remplace ainsi le président Muhammadu Buhari du Nigeria. 

On retiendra des travaux, que la session d’Abuja a marqué sa préoccupation face à la situation sécuritaire dans l’espace CEDEAO. « L’idée de la tenue d’un sommet extraordinaire a été entérinée. Il s’agit d’une idée qui est née à Accra. Les chefs d’Etat ont donné leur accord pour qu’il se tienne à Ouagadougou ». a affirmé le ministre des affaires étrangères Alpha Barry. 

Pour lui, « le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a voulu ce sommet avec tous les chefs d’Etat de la CEDEAO, tout en incluant les partenaires qui peuvent aider nos pays à sortir de cette situation ».

Le rapport sur la monnaie unique a aussi été examiné à cette session. « La volonté des chefs d’Etat pour aller vers la monnaie unique en 2020 a été réaffirmée et ils veulent tout faire pour respecter ce délai. Certes, pour y arriver il faut remplir certaines conditions, ce qui n’est pas le cas dans certaines pays » a déclaré le ministre Barry. En outre, poursuit-il « les chefs d’Etat ont donc proposé que les pays qui remplissent ces conditions puissent commencer effectivement la monnaie unique. Ils seront rejoints par les autres au fur et à mesure ». Il ne reste donc plus qu’à confirmer certains aspects de la monnaie unique comme le nom et le type de banque centrale à mettre en place, pour que tout puisse démarrer véritablement en 2020. 

Sur la question de la Guinée-Bissau, le président du Faso a, selon le ministre des affaires étrangères, exprimé l’urgence pour le pays de revenir à la normalité. « Au regard des défis que nous-mêmes nous avons, il faut donner des délais raisonnables à la Guinée-Bissau pour que nous puissions disposer de nos forces présentes dans ce pays à tout moment. Nous avons des défis majeurs qui sont urgents et importants (…), il y a un besoin réel dans notre pays », conclu Alpha Barry. 

En effet, le Burkina Faso a mis à contribution des forces de stabilisation en Guinée-Bissau, dont le redéploiement sur le territoire national constitue aujourd’hui un enjeu.

Direction de la communication de la présidence du Faso

*Le titre est de la rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir