Aujourd'hui,
URGENT
Médias: un incendie a ravagé ce matin les  locaux de la télévision BF1. Pas de blessé, mais d'importants dégâts matériels.
Burkina: le secteur minier, c’est 71% des recettes d’exportation,  50 tonnes d’or produites en 2019 qui ont rapporté 1420 milliards FCFA.
Mines: en 2020, l’exportation d’or a rapporté près de 2 000 milliards de FCFA au Burkina (Oumarou Idani). 
Covid-19: un nouveau décès et 83 nouveaux cas à la date du 12 janvier 2021 au Burkina Faso. 
Mali: trois Casques bleus ivoiriens tués quand leur véhicule a sauté sur une mine dans la région de Tombouctou (Officiel). 
Burkina: la NAFA félicite le président Kaboré pour la création d’un ministère de la Réconciliation nationale et encourage Zéphirin Diabré. 
Burkina: le couvre-feu prolongé de 45 jours dans la région du Sahel dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. 
États-Unis: 20 000 soldats de la Garde nationale déployés à Washington pour l'investiture de Joe Biden (médias). 
États-Unis: Donald Trump devient le premier président sous l'objet d'une deuxième procédure de destitution dans l'histoire du pays.
Covid-19: 184 nouveaux cas et 3 décès à la date du 11 janvier 2021 au Burkina.  

POLITIQUE

Le Premier Ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a accordé une audience, ce mardi 2 juillet 2019, à une délégation des Nations Unies. Le processus électoral de 2020 dans notre pays a été le principal sujet des échanges. La délégation est venue faire le point au Chef du gouvernement, des concertations qu’elle a mené depuis un certain temps avec les acteurs du processus électoral. Il ressort de cette rencontre, la disponibilité des Nations Unies à accompagner le Burkina Faso dans l’organisation des élections à venir.

C’est suite à une requête du gouvernement burkinabè, qu’une mission des Nations Unies séjourne actuellement au Burkina Faso. Cette mission dit-être venue procéder à une évaluation du processus électoral de 2020.

Ce mardi 2 juillet 2019, la mission onusienne a fait au Premier Ministre, Christophe Joseph Marie Daabiré, le point de ses travaux, avant la finalisation de son rapport.

Selon le chef de la mission, Akinyemi Adegbola, la mission d’évaluation a consisté à s’entretenir avec tous les acteurs impliqués dans ce processus. « Nous avons pu être avec tous les partenaires nationaux, notamment les acteurs politiques, les institutions impliquées dont la Commission Electorale Nationale indépendante (CENI) et le Conseil constitutionnel, la société civile et les patrons des médias pour échanger et avoir leurs points de vue sur les questions liées au processus électoral », a-t-il expliqué.

A son avis, on peut retenir de cette évaluation, la disposition des partenaires à accompagner le Burkina Faso dans ce processus aussi bien par des moyens techniques que par des moyens financiers pour que le pays puisse relever les défis liés aux échéances électorales à venir. Pour lui, il y a des défis assez importants à relever pour pouvoir arriver aux élections. Il s’agit du défi sécuritaire qui se pose mais également du défi du financement du processus. Et M. Adegbola de préciser : « Un processus dans lequel, pour la première fois, les Burkinabè de l’extérieur vont voter. Ce sont autant de défis qui ont des implications au niveau du processus électoral ».

En ce qui concerne le budget que les Nations Unies comptent injecter dans ce processus, le chef de la mission a laissé entendre qu’en l’étape actuelle, cette question n’est pas à l’ordre du jour.

« Nous n’entrons pas dans ce détail pour le moment. Notre objectif est de prendre le pouls avant les échéances. Après nous allons remettre notre rapport pour approbation et dès qu’il sera approuvé, les instances des Nations Unies sur place vont prendre le relais et entrer dans le détail du financement avec les partenaires pour avoir les contributions de chacun. Les Nations Unies vont par la suite faire la coordination de toutes les contributions », a-t-il soutenu.

DCI/PM

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir