Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

Image d'illustration

POLITIQUE

A l’occasion de sa prestation de serment le vendredi 12 juillet dernier, le tout premier Directeur général de la Caisse des dépôts et consignations du Burkina Faso a répondu à la polémique liée à sa nomination comme Directeur général alors qu’il a occupé pendant près de trois ans le poste de Chef de gouvernement.

« Lorsque le 18 janvier 2019, j'ai été déchargé de ma fonction de Premier ministre, j'avais effectivement la possibilité de retourner à la BCEAO et de continuer ma carrière là-bas en tant que fonctionnaire. Mais, lorsque le président du Faso m'a proposé de venir travailler sur ce projet qu'est la Caisse des dépôts et consignations, je n'ai même pas hésité une seconde, je n'ai même pas pensé à autre chose. J'ai entendu des considérations protocolaires à droite et à gauche mais, j'ai été surpris. Pour moi, il n'y a pas de sot métier. Pour moi, pour servir son pays et contribuer à son développement, il n'y a pas de petits métiers. Et je suis convaincu qu'à la place que le président du Faso m'a confiée, je peux apporter quelque chose parce qu’il faut comprendre le rôle et l'impact d'un système financier efficace, moderne, efficient et l'impact que cela pourrait avoir sur le développement d'un pays. Quand je dis qu'il y a des pans entiers de nos communes qui sont sous financés, c'est une réalité. Et il faut des institutions financières pour les prendre en charge. (...) Pour moi, c'est un travail suffisamment important qui va m'occuper (Ndlr parlant ici de ses nouvelles fonctions de directeur général) que d'autres considérations comme les honneurs qui sont secondaires par rapport à la satisfaction que l'on peut ressentir et apporter quelque chose. Et au soir de sa vie, de savoir qu'on a apporté quelque chose à son pays. C'est cela qui est le plus important ».