Aujourd'hui,
URGENT
Nécro: le célèbre saxophoniste camerounais Manu Dibango (86 ans) s’est éteint mardi, de suite de Coronavirus.
Coronavirus: le Niger a enregistré jeudi 19 mars 2020 son premier cas d'infection (ministère de la Santé du Niger). 
Coronavirus: le parlement burkinabè suspend les plénières à l'hémicycle jusqu'au 1er avril 2020.         
Covid-19: une quinzaine de députés français sont contaminés à ce stade. Ce chiffres est peut-être sous-estimé. 
Coronavirus: le Bénin enregistre son premier cas: un Burkinabè arrivé au Bénin le 12 mars 2020.
Covid-19: les syndicats suspendent la marche meeting du 17 mars, mais maintiennent la grève générale du 16 au 20 mars. 
Coronavirus: 15 cas avérés détectés au Burkina Faso à la date du 15 mars 2020 (ministère de la Santé). 
Covid-19: le gouvernement ferme les écoles du Burkina du 16 au 31 mars 2019. 
Mali: la Canadienne Edith Blais et l’Italien Luca Tacchetto enlevés au Burkina Faso en 2018 retrouvés vivants près de Kidal (Minusma). 
Coronavirus: un troisième cas avéré au Burkina Faso, 7 prélèvements en attente de résultats (ministre de la Santé)

image d'archives

POLITIQUE

Le ministre en charge de l’Administration territoriale, Siméon Sawadogo a réagi hier lundi 16 septembre sur la marche de l’Unité d’action populaire dispersée par les forces de l’ordre.  Pour le ministre d’Etat, les deux activités prévues par les initiateurs étaient illégales et l’Etat n’a fait que prendre ses responsabilités. 

Siméon Sawadogo a estimé que l’Etat ne pouvait pas croiser les bras et laisser les leadeurs de l’UAP braver l’interdiction : « Je leur avait dit que le gouvernement allait prendre ses responsabilités. Vous savez, le peuple burkinabè est calme et responsable. On a toujours dit que l’autorité de l’Etat n’est pas respectée et que les gens ne respectent pas la loi. On ne peut pas vouloir d’une chose et son contraire. Donc c’est la raison pour laquelle ils ont été dispersés. Je voudrais saluer ici le professionnalisme des forces de sécurité qui ont fait ce travail de façon responsable ».

Par ailleurs, le ministre d’Etat a rassuré que ce n’était aucunement une chasse aux sorcières mais juste une action pour rétablir l’ordre public. Il a aussi indiqué que les organisateurs pouvaient attendre quelques jours et redéposer une autre demande qui pouvait être accordée par l’autorité publique.

« Malgré les injonctions du gouvernement et la mise en garde que nous avions faites, certaines personnes ont voulu défier l’autorité de l’Etat. (…) Nous voulons que les gens comprennent qu’il est tout à fait normal que chacun respecte la loi parce que c’est cette même loi qui garantit la liberté de manifester et qui permet au gouvernement de dire que l’on peut manifester tel jour et non tel jour (…) Le gouvernement reste ferme sur ses positions et cela doit constituer une leçon pour l’ensemble des personnes qui utilisent l’espace public » a précisé Siméon Sawadogo.

En rappel, la marche de dénonciation et d’interpellation initiée par l’unité d’action populaire constituée de syndicats et d’organisations de la société civile pour le lundi 16 septembre a été dispersée par les forces de l’ordre qui ont usé de gaz lacrymogène faisant une dizaine de blessés parmi les marcheurs. La mairie de Ouagadougou n’avait pas accordée d’autorisation pour la tenue de ladite marche. Le gouvernement avait également refusé le préavis de grève prévu pour le même jour.

Mais pour les organisateurs, les deux manifestations étaient bel et bien légales car ils ont suivi toute la procédure et les textes encadrant les manifestations et les grèves au Burkina. 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Lors d'un échange direct avec les femmes venues des 13 régions du Burkina le 8 mars 2020 à Ouagadougou, Roch Marc Christian Kaboré a annoncé que le prochain gouvernement sera composé de 30% de femmes. Selon vous, c'est une décision:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé