Aujourd'hui,
URGENT
Economie: la Chine veut apporter plus d'opportunités à la croissance économique mondiale
Education: le Burkina veut rendre effective l’obligation de la scolarisation des enfants de 06 à 16 ans d’ici à 2030
Burkina: hausse du taux brut de scolarisation au primaire passant de 33,8% en 1994 à 88,5% en 2017 (Officiel)
Burkina: trois assaillants abattus à Foutouri dans l'Est du pays suite à une «vigoureuse riposte» des soldats (Armée)
Brésil: l'ex-président brésilien Lula est sorti de prison après plus d'un an et demi d'incarcération
Burkina: les trois opérateurs mobiles (ONATEL, ORANGE et TELECEL) comptent 19 millions d’abonnés, soit un taux de pénétration de 96%
Burkina: Macky Sall exprime sa solidarité au peuple burkinabè après l'attaque du convoi de la mine de Semafo à Boungou
Mali: le chef djihadiste Amadou Koufa placé sur la liste terroriste américaine
Côte d'Ivoire: Charles Blé Goudé sera jugé par le tribunal criminel à Abidjan
Burkina: les syndicats de la santé suspendent leur mouvement d'humeur engagé depuis plus de 6 mois suite à la reprise des négociations

POLITIQUE

La traditionnelle conférence de presse du gouvernement du Burkina a eu lieu ce jeudi 17 octobre 2019 à Ouagadougou. Au menu de ce point de presse : le point sur les Personnes déplacés internes (PDI), le plan d'urgence et les actions du gouvernement en faveur de ces PDI avec Marie Laurence Ilboudo/Marchal, ministre en charge de l'Action humanitaire et l'actualité nationale avec Remis Fulgance Dandjinou, ministre de la Communication et des Relations avec le parlement, Porte-parole du gouvernement.

Le Burkina Faso fait face à une crise humanitaire sans précédent. Le pays enregistre en effet, des déplacements massifs des populations dans toutes les régions, exacerbés par la recrudescence des attaques terroristes. Cette insécurité affecte selon la ministre de l'Action humanitaire, plus de 800.000 personnes. Selon Marie Laurence Ilboudo, on enregistre à la date du 2 octobre 2019, 486.360 personnes déplacées internes dont 75.645 hommes, 73.724 femmes,  74.158 enfants de plus de 5 ans soit 35,81% et 236.992 enfants de plus de 12 ans soit 48,73%. Les zones les plus touchées sont les régions du Centre-Nord avec 270.476 PDI soit 55,61% suivie de la région du Sahel (160.741 PDI soit 33,05%) ; du Nord (31.998 PDI soit 6,58%), l'Est (10.293 PDI soit 2,12%) et enfin de la Boucle du Mouhoun avec 8.577 PDI soit 1,77%. Les provinces les plus touchées sont le Sanmatenga avec 96.409 PDI soit 40,38%, le Soum (132.871 PDI soit 27,32%), le Bam (46.872 PDI soit 9,64%), le Namentenga (27.195 PDI soit 5,59%) et le Loroum (23.050 PDI soit 4,74%).

A cela s'ajoute des catastrophes naturelles telles que les inondations et les vents violents qui ont été enregistrées dans quelques localités du pays faisant environ 13.000 personnes sinistrées. A ce jour, on dénombre 24.132 personnes vulnérables qui ont bénéficié de vivres et de matériel de survie et 122.385 personnes victimes de catastrophes qui ont bénéficié d'une assistance en vivres et en matériel de survie. A ce jour, 4 camps ont officiellement été aménagés pour héberger des PDI selon la ministre Marchal. Ce sont les camps de Barsalogho, Foubé, Pensa et Kelbo. Deux autres camps seraient en cours d'aménagement. Ce sont les camps de Pissila et Titao.

Marie Laurence Ilboudo/Marchal affirme que 38.322 PDI ont bénéficié d'une assistance en vivres ; 38.000 ménages ont bénéficié de tentes familiales, de tarpaulins et de cash transfert pour les abris (Dablo, Barsalogho, Kelbo, Pensa, Gorum-Gorum, Djibo, Dori, Arbinda, Koutougou, Boussouma, Pissila, Foubé etc.) et 58.265 ménages ont reçu une dotation en matériel de survie et de kits d'hygiène. 40.000 ménages ont également reçu des appuis pour les articles essentiels ménagers. 176.500 personnes ont bénéficié des interventions dans le secteur de l'eau-hygiène-assainissement. 650.000 personnes ont accès aux soins médicaux et services de santé. 5.000 personnes ont reçu des cartes nationales d'identité burkinabè (gratuitement).

En somme, l'assistance alimentaire et en matériel de survie apporté par le gouvernement burkinabè est évaluée à plus de 2,15 milliards de FCFA. L'afflux des PDI étant continu, la ministre de l'Action humanitaire estime que d'ici la fin décembre 2019, ces PDI pourront atteindre 650.000 et que les défis à relever sont, entre autres, le renforcement de la cohésion sociale, la sécurisation des différentes localités pour réduire, voire mettre fin aux déplacements des populations. « La critique c'est facile mais l'action est bien difficile. Qui d'entre vous a donné 500 FCFA? Par contre nous sommes ouverts à tous ceux qui veulent des comptes quant à la gestion des contributions individuelles », fait-elle remarquer.

Sur les questions d'actualité, le ministre Remis Fulgance Dandjinou fait remarquer que « le Burkina vit actuellement une situation difficile mais le pays tient. Celui qui nie cela, ne voit pas la réalité en face. Les forces de défense et de sécurité se battent chaque jour. Même s'ils ne communiquent pas, ils engrangent des résultats sur le terrain. Chaque jour que Dieu fait, il y a des résultats ». Pour le ministre porte-parole du gouvernement, le Burkina n'est pas un pays divisé même si certaines localités telles que Koutougou ne sont pas entièrement sécurisées. Pour lui, malgré les problèmes que traverse le pays, les Forces de défense et de sécurité sont à féliciter.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé