Aujourd'hui,
URGENT
Cyclisme: le Burkinabè 🇧🇫Paul Daumont nominé pour le prix du meilleur cycliste africain de l'année.
États-Unis : Donald Trump autorise le processus de transition vers une administration Biden.  
Burkina: un citoyen américain abattu le 21 novembre 2020, devant le camp Baba Sy de Ouagadougou.      
Burkina: l’Union africaine appelle à des élections apaisées et transparentes. 
Burkina: 860 villages et secteurs ne pourront pas prendre part au scrutin couplé. Cela représente environ 370 000 Burkinabè.
Burkina: 6 490 144 électeurs appelés aux urnes ce dimanche 22 novembre 2020 pour élire le président et les 127 députés pour 5 ans. 
Justice: 4 des 7 prévenus relaxés pour faits non constitués dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS.     
Procès CNSS: Norbert Zèda, ex DRH, écope de 30 mois ferme et 5 ans d’interdiction d’exercer dans la fonction publique. 
Justice: Daniel Sawadogo, ex chef de personnel écope de 20 mois ferme et 5 ans d’interdiction dans la fonction publique (procès CNSS). 
Justice: Natacha Ouédraogo, épouse de l’ex DRH écope de 12 mois ferme dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS. 

POLITIQUE

Dans une lettre adressée au président de l’Assemblée nationale et dont nous avons obtenu copie, le député Daouda Simboro annonce sa démission de l’institution pour «respecter un engagement», celle de céder sa place à son suppléant. 

Elu député de la province de la Kossi en 2015 sous la bannière de l’Union pour le progrès et le changement (UPC-opposition), M. Simboro a le 4 octobre 2017, claqué la porte du groupe parlementaire du parti du chef de file de l’opposition pour former, avec une douzaine d’autres députés, le groupe parlementaire Renouveau démocratique (RD). Un acte qui avait plongé l'UPC dans une profonde crise.

Sur sa page Facebook, il s’est ensuite adressé à ses électeurs. «Le solde du compte de ces années reste à établir. Pour certains, le bilan va de positif à très positif. Je leur en sais gré. D’aucuns me feront part d’un goût d’inachevé, en évoquant sans doute des évènements intervenus au cours de mon mandat et qui auraient eu des implications indéniables sur l’histoire de notre Assemblée, sur la démocratie interne de(s) parti(s) et sur la vie du député. C’est un angle de vue que je comprends parfaitement», a-t-il dit.

«Pour ma part, la vérité est que pratiquement, en toute circonstance, je me suis appliqué à rester le plus proche possible de mes convictions et c’est celles-ci qui ont guidé mes actes et mes décisions durant cette période où les seules mires ont été et demeureront à jamais ma province la Kossi et mon pays le Burkina Faso», a-t-il ajouté.

Ce banquier de formation, qui assure s’inquiéter pour le climat sécuritaire du Burkina Faso et plaide pour une trêve sociale,  dit retourner à ses anciennes amours, «la Banque, sans plus jamais être capable de perdre de vue la nécessité d’assumer ma responsabilité et mon obligation d’utilité sociales.»

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir