Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le président du Faso, chef suprême des armées, a réuni ce 23 mai 2020, une session du Conseil supérieur de la défense nationale. 
Guinée: décès à Conakry ce 22 mai 2020 à l’âge de 70 ans, du musicien Mory Kanté, connu pour son titre à succès "Yéké Yéké".  
Burkina: l’ppposition politique exige la levée du couvre-feu instauré depuis le 21 mars dernier dans le cadre de la lutte contre la Covid’1
Covid-19: Des taximen de Ouaga souhaitent faire passer le prix de la course de 300 à 500 FCFA à cause la limitation du nombre de passagers 
Eau: en 2019, le gouvernement a construit 506 km de réseau d’adduction d’eau potable et 188 bornes fontaines en milieu urbain (DSN/PM).
Santé: 150 médecins spécialistes, 500 généralistes, 50 pharmaciens généralistes et 10 pharmaciens spécialistes formés en 2019 (DSN/PM).
Santé: le gouvernement a réalisé 59 CSPS, normalisé 67 autres, lancé les travaux du CHR de Manga et inauguré le CHR de Ziniaré (DSN/PM). 
Burkina : 5 lycées professionnels -1 en finition-, 2 lycées techniques et 8 lycées scientifiques-2 en finition- réalisés en 2019 (DSN/PM). 
Education: 2 578 salles de classes dont 1 167 en cours de finition, réalisés au Burkina à fin 2019 (DSN/PM). 
Burkina: le secteur minier a connu l’entrée en activité de 3 nouvelles mines portant la production d’or à 50 tonnes en 2019 (DSN/PM).

POLITIQUE

Le Front patriotique pour le renouveau (FPR), parti d’opposition, est suspendu pour une durée de trois mois, selon un arrêté du ministère en charge de l’Administration territoriale publié ce 12 novembre 2019

«En application de l’article 30 de la loi N°032-2001/AN du 29 novembre 2001 portant charte des partis et formations politiques au Burkina Faso, les activités du parti politique dénommé «Front patriotique pour le renouveau» (FPR) sont suspendues, à titre conservatoire, au motif que les propos tenus par Monsieur Aristide Ouédraogo, président du FPR, lors des déclarations publiques des 3 et 11 novembre 2019 portent atteinte aux dispositions des articles 3, 4, 20 et 21 de la loi ci-dessus mentionnée», peut-on lire sur l’arrêté signé du ministre en charge de l’Administration du territoire. 

Dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux, Aristide Ouédraogo réclamait la démission de l’exécutif. Sur le plateau de nos confrères de 3TV le 11 novembre 2019, il s’était montré tout aussi intraitable, en exigeant la démission du chef de l’Etat. «Nous sommes arrivés à la conclusion que le gouvernement actuel ne peut plus conduire le Burkina Faso. Le peuple se doit d’engager la résistance par rapport à la direction du pouvoir actuel. Je ne demande pas de répéter l’insurrection populaire, mais ne serait-ce qu’à travers les grèves, le peuple peut engager une résistance populaire civile», avait-il conseillé.

Il a ajouté : «Nous demandons la démission du président du Faso pour mettre en place un gouvernement dirigé par l’armée et les civils». 

La suspension est de trois mois. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir