Aujourd'hui,
URGENT
Afrique: 45 millions de personnes menacées par la famine en Afrique Australe
Médias: le Synatic annonce un sit-in (22 et 23 janvier) et une grève générale de 48 heures (du 29 au 30 janvier 2020)
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC
Brexit: les députés britanniques valident l'accord négocié par Boris Johnson
Burkina: 8 143 pèlerins burkinabè ont effectué le hadj 2019 au cours duquel six décès ont été constatés
Burkina: 233 heures de coupures d’électricité en 2018 contre 155h en 2017 (AIB)
Pétrole: la Chine ouvre son secteur pétrolier aux entreprises étrangères (RFI)
Angola: 41 morts dans des pluies torrentielles en moins de 24 heures (Africanews)

image d'archives

POLITIQUE

Le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a présidé dans la soirée du 4 décembre, la première édition de la nuit de l’anti-corruption. Une nuit initiée par l’Autorité supérieure de Contrôle d’Etat et de Lutte contre la Corruption, dans le cadre de la commémoration de la journée internationale de lutte contre la corruption. L’objectif était d’offrir une tribune d’interpellation pour une prise de conscience individuelle et collective sur les méfaits dévastateurs du fléau de la corruption. Le président Kaboré a félicité l’ASCE/LC pour cette soirée de sensibilisation.

« La corruption empêche le développement de nos Etats. De ce point de vue, il est important que nous soyions tous engagés dans ce combat », a déclaré le président du Faso. Pour lui il s’agit d’un combat qui engage tous les burkinabè à tous les niveaux : l’Etat, l’ASCE/LC, la justice, les citoyens. « Notre engagement dans la lutte contre la corruption est sans faille. Nous considérons simplement qu’en tout état de cause, nul n’est au-dessus de la loi. Il faut que nous puissions donner l’ensemble des moyens nécessaires à l’ASCE/LC pour le travail », a poursuivi le président Roch Marc Christian Kaboré.

Pour Luc Marius Ibriga, contrôleur général d’Etat, cette commémoration nationale qui se tient sous le thème : « Responsabilité individuelle et collective dans la lutte contre la corruption », interpelle sans équivoque chaque citoyen burkinabè. « Chaque citoyen devrait s’interroger sur sa propre responsabilité dans l’état actuel de la corruption dans son environnement » a ajouté le contrôleur général d’Etat.

Les autorités coutumières et religieuses ont, à travers leurs représentants, lancé un appel à toute la population, pour un bannissement de la corruption dans tout comportement, car aucune religion ou coutume ne prône la corruption.

Les enfants également concernés par la lutte, ont adressé un message au président Kaboré. Ils demandent en effet au président du Faso une éducation fondée sur les valeurs d’antan qui ont donné le nom de leur patrie. « Léguez-nous un Burkina féru de transparence et de bonne gouvernance, car nous voulons être des citoyens dignes de la patrie des hommes intègres » ont-ils plaidé.

Direction de la communication de la présidence du Faso

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé