Aujourd'hui,
URGENT
Cyclisme: le Burkinabè 🇧🇫Paul Daumont nominé pour le prix du meilleur cycliste africain de l'année.
États-Unis : Donald Trump autorise le processus de transition vers une administration Biden.  
Burkina: un citoyen américain abattu le 21 novembre 2020, devant le camp Baba Sy de Ouagadougou.      
Burkina: l’Union africaine appelle à des élections apaisées et transparentes. 
Burkina: 860 villages et secteurs ne pourront pas prendre part au scrutin couplé. Cela représente environ 370 000 Burkinabè.
Burkina: 6 490 144 électeurs appelés aux urnes ce dimanche 22 novembre 2020 pour élire le président et les 127 députés pour 5 ans. 
Justice: 4 des 7 prévenus relaxés pour faits non constitués dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS.     
Procès CNSS: Norbert Zèda, ex DRH, écope de 30 mois ferme et 5 ans d’interdiction d’exercer dans la fonction publique. 
Justice: Daniel Sawadogo, ex chef de personnel écope de 20 mois ferme et 5 ans d’interdiction dans la fonction publique (procès CNSS). 
Justice: Natacha Ouédraogo, épouse de l’ex DRH écope de 12 mois ferme dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS. 

POLITIQUE

Après six mois de demandes répétées, Djibrill Bassolé a obtenu l’autorisation d’être évacué vers la France afin d’y être soigné. L’avion de l'ancien ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso a quitté Ouagadougou mardi soir.

Condamné à dix ans de prison ferme pour le putsch manqué de 2015, le général de gendarmerie a été autorisé à quitter le Burkina Faso pour venir se soigner à Paris. Il a versé une caution de 30 millions de Francs CFA (46 000 euros environ).

L'ancien ministre des Affaires étrangères, le général Djibrill Bassolé, condamné à 10 ans de prison pour son implication dans le coup d'Etat manqué de 2015 au Burkina Faso, a été évacué mardi soir en France pour des «raisons sanitaires».

«Décollage validé. (…) C'est dans les adversités que les Grands Hommes s'illustrent à travers la sagesse et la valeur des actes et des entreprises qu'ils posent. (…) Bon vol Excellence. Meilleure santé», a écrit sur sa page Facebook Aziz Dabo, le secrétaire exécutif adjoint de la Nouvelle alliance du Faso, le parti qui soutient Djibrill Bassolé

Puis il a expliqué à l’AFP: «Il a finalement bénéficié d'une autorisation de sortie du parquet militaire pour aller se faire se faire soigner. Il a donc quitté le Burkina Faso ce soir à bord d'un vol régulier, aux environs de 23h50 pour des soins en France.»

«Compte tenu de son état de santé assez aggravé, une audience de la chambre d'appel devra statuer sur une remise en liberté provisoire» pour lui permettre de se soigner pendant le temps qu'il faudra», a-t-il poursuivi.

À 63 ans, Djibrill Bassolé souffrirait d’un cancer du péritoine. Une photo le montrant très diminué avait fait le tour des réseaux sociaux la semaine dernière alors qu’il venait d’être transféré au centre hospitalier universitaire de Tengandogo.

En France, celui qui est accusé d'être l'un des cerveaux du putsch du 16 septembre 2015 (qui avait 14 morts et 270 blessés) devrait être interné dans un centre d'oncologie spécialisé où il recevra des soins pour un cancer. 

D’après RFI, qui cite «plusieurs sources», la France aurait pesé pour permettre cette évacuation. Les autorités françaises lui ont accordé lundi un visa de trois mois renouvelable. Djibrill Bassolé a  rendez-vous ce mercredi dans un hôpital de la banlieue parisienne spécialisé dans le traitement du cancer pour y être rapidement pris en charge.

Le général Bassolé avait déjà été autorisé à se rendre en Tunisie, de mars à avril 2018, pour des soins. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir