Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: les cas confirmés en Afrique dépassent la barre du million. 
Burkina: la Semaine nationale de la culture ne se tiendra pas en 2020 à cause de la Covid-19 (ministre de la Culture).
Liban : au moins quatre Burkinabè blessés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth (bilan provisoire). 
Liban: les locaux du Consulat honoraire du Burkina Faso endommagés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth. 
Kantchari: Bapandi Ouoba, policier municipal, tué dans la nuit du 3 au 4 août 2020 à son domicile par des hommes armés non identifiés.
Ouahigouya: décès de la mère de l’ancien président de l’Assemblée nationale, feu Dr Salifou Diallo, ce 31 juillet 2020. 
Burkina: le BEPC a enregistré un taux de succès de 36,47% contre 26,62% en 2019.
Burkina: le CEP a enregistré un taux de succès de 66,06% contre 55,11% en 2019. 
Burkina: le CAP et le BEP ont enregistré un taux de succès de 63,37% contre 46,86% en 2019. 
Mali: Al-Qaida revendique l'attaque qui a tué un soldat français -brigadier Tojohasina Razafintsalaman- le jeudi 23 juillet 2020. 

SOCIETE

Les fidèles musulmans du Burkina Faso ont célébré ce vendredi 15 juin, la fête de l’Aïd el filtre, appelé communément Ramadan, au cours de laquelle, ils ont prié pour la paix et la cohésion sociale dans le pays. Selon cette dépêche de l’AIB, la paix et la cohésion sociale ont été au centre des prières.

Selon le premier adjoint au grand Iman de Ouagadougou,  Adama Zoungrana, aucun pays dans le monde ne peut se développer sans la paix. M. Zoungrana s’exprimait vendredi à Ouagadougou, à l’occasion de la prière du Ramadan. Pour lui, les fidèles musulmans du Burkina Faso ont prié pour une paix durable et une cohésion sociale, signe de progrès pour la patrie. Il a imploré Allah d’assister le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, dans sa quête de sécurisation des biens et des personnes dans le pays. « Nous demandons au bon Dieu de nous épargner des terroristes au Burkina», a- t-il imploré.

Adama  Zoungrana a, par ailleurs, salué la cohabitation pacifique entre les différentes confessions religieuses, qui demeurent une richesse culturelle au pays des Hommes intègres. Il a souhaité prompt rétablissement aux malades, notamment au grand Imam de Ouagadougou, El  Hadji  Aboubacar Sana  pour des soins.

De l’avis du président des affaires islamiques de la communauté musulmane du Burkina (CMBF), Cheick Mahamadou Bandé, le Burkina est  la troisième puissance en matière de cohabitation religieuse après les Etats-Unis d’Amérique et la Russie. A entendre, M. Bandé, il faut travailler davantage à consolider et à pérenniser ce mode de vivre en commun pour les futures générations. «Nous avons une richesse et nous devons la sauvegarder pour une cohabitation pacifique », a- t-il soutenu.

Le Cardinal de Ouagadougou, Mgr Philipe Ouédraogo, ayant participé à la prière de l’Aïd el filtr, dit être venu souhaiter, bonne fête aux musulmans du Burkina. Le cardinal a invité les Burkinabè, à rester dans la même dynamique de vie en société, car, a-t-il soutenu, « nous sommes tous égaux devant Dieu». Le ministre en charge des Cultes, Siméon Sawadogo a assisté également à la grande prière. 

Agence d’information du Burkina

no/ak