Aujourd'hui,
URGENT
Afrique: 45 millions de personnes menacées par la famine en Afrique Australe
Médias: le Synatic annonce un sit-in (22 et 23 janvier) et une grève générale de 48 heures (du 29 au 30 janvier 2020)
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC
Brexit: les députés britanniques valident l'accord négocié par Boris Johnson
Burkina: 8 143 pèlerins burkinabè ont effectué le hadj 2019 au cours duquel six décès ont été constatés
Burkina: 233 heures de coupures d’électricité en 2018 contre 155h en 2017 (AIB)
Pétrole: la Chine ouvre son secteur pétrolier aux entreprises étrangères (RFI)
Angola: 41 morts dans des pluies torrentielles en moins de 24 heures (Africanews)

SOCIETE

La France annonce la libération de quatre otages dont les deux Français enlevés au Bénin, une citoyenne nord-américaine et une Sud-Coréenne. Deux militaires français auraient été tués lors de l’opération qui a eu lieu au Burkina Faso.

La présidence française a annoncé dans un communiqué ce vendredi 10 mai 2019 la libération de quatre otages au Sahel dont les deux Français enlevés le 1er mai dernier au Bénin, Patrick Picque et Laurent Lassimouillas.

Les deux autres otages libérés sont une citoyenne nord-américaine et une Sud-Coréenne. 

«Cette opération a été décidée après la localisation d'un campement suspect dans le nord du Burkina Faso, zone où l'activité des GAT est intense. L'assaut a été lancé dans la nuit de jeudi à vendredi, permettant la libération de quatre otages. Quatre ravisseurs ont été tués», précise lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr

L’opération qui a eu lieu dans le nord du Burkina Faso, selon l’Elysée, a coûté la vie à deux officiers mariniers membres du commandement des opérations spéciales.

Il s’agit du maître Cédric de Pierrepont et du maître Alain Bertoncello, tous deux officiers mariniers au sein du commandement des opérations spéciales. 

D’après le communiqué, le président français s’incline «avec émotion et gravité devant le sacrifice de nos deux militaires». Il a aussi remercié les autorités béninoises et burkinabè pour leur parfaite coopération et les assure de la volonté de la France de les aider dans leur lutte contre le terrorisme au Sahel. 

Il a également salué le «précieux soutien de l'allié américain dans la conduite de l'opération.» 

La ministre française des Armées, Florence Parly, a elle aussi félicité dans un communiqué l’ensemble des forces ayant mené cette opération complexe, ainsi que tous ceux qui y ont contribué. «Quatre vies ont été sauvées cette nuit, quatre vies entre les mains de terroristes», a-t-elle déclaré.

Avant d'avoir une pensée pour les deux militaires tombés lors des combats. «C’est avec émotion et tristesse que j’adresse mes pensées aux familles des deux militaires décédés, à leurs proches, à leurs frères d’armes et à l’ensemble des commandos marine», a-t-elle ajouté.

«L’action précise et déterminée des militaires français a permis de neutraliser les ravisseurs en préservant la vie des otages, au prix de la vie de nos deux camarades», a pour sa part souligné le chef d'état-major des armées françaises.

Le général d’armée François Lecointre a salué «l’engagement exemplaire des forces spéciales françaises qui, avec le concours direct de l’opération Barkhane, des forces armées burkinabé et le soutien en renseignement américain, ont libéré quatre otages de leurs ravisseurs terroristes».

 

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé