Aujourd'hui,
URGENT
Economie: la Chine veut apporter plus d'opportunités à la croissance économique mondiale
Education: le Burkina veut rendre effective l’obligation de la scolarisation des enfants de 06 à 16 ans d’ici à 2030
Burkina: hausse du taux brut de scolarisation au primaire passant de 33,8% en 1994 à 88,5% en 2017 (Officiel)
Burkina: trois assaillants abattus à Foutouri dans l'Est du pays suite à une «vigoureuse riposte» des soldats (Armée)
Brésil: l'ex-président brésilien Lula est sorti de prison après plus d'un an et demi d'incarcération
Burkina: les trois opérateurs mobiles (ONATEL, ORANGE et TELECEL) comptent 19 millions d’abonnés, soit un taux de pénétration de 96%
Burkina: Macky Sall exprime sa solidarité au peuple burkinabè après l'attaque du convoi de la mine de Semafo à Boungou
Mali: le chef djihadiste Amadou Koufa placé sur la liste terroriste américaine
Côte d'Ivoire: Charles Blé Goudé sera jugé par le tribunal criminel à Abidjan
Burkina: les syndicats de la santé suspendent leur mouvement d'humeur engagé depuis plus de 6 mois suite à la reprise des négociations

SOCIETE

Dans cette déclaration, le Réseau accès aux médicaments essentiels (Rame) se prononce sur la grève enclenchée la semaine dernière par les syndicats de la santé. L’organisation invite les différentes parties « à instaurer un dialogue franc et responsable » afin de trouver des solutions durables au profit des populations.

Depuis le mardi 21 mai 2019, plusieurs syndicats des travailleurs de la santé ont lancé des mots d’ordre de grève qui concernent les services de santé publique sur tout le territoire national. 

Ces grèves vont durer 96 heures et seront suivi par un boycott des gardes et permanences dans les services de santé publiques du samedi 25 mai au lundi 03 juin 2019. 

Au regard de cette situation qui va limiter considérablement le droit à l’accès aux soins de santé de qualité pour les populations, le Réseau Accès aux Médicaments Essentiels (RAME) en tant qu’organisation de veille citoyenne et de plaidoyer, voudrait par la présente exprimer sa vive désolation. 

La santé est un secteur hautement sensible et tout mouvement d’humeur entraine une limitation du droit d’accès à des soins de santé de qualité aux populations, qui du reste rencontrent déjà des difficultés énormes dans l’utilisation des services des centres de santé. 

En imaginant seulement les conséquences possibles sur la vie des usagers des services de santé, le RAME est très consterné et ne pourrait cacher ses inquiétudes face à un système de santé déjà en mal dans sa gestion politique, opérationnelle et structurelle. En effet, les données qui sont remontées par notre dispositif de veille qui est l’Observatoire Citoyen sur l’Accès aux Services de Santé (OCASS) montrent régulièrement la récurrence des dysfonctionnements dans les services de santé à tous les niveaux. Des ruptures de produits aux pannes d’appareils, en passant par des actes de racket et de corruption, sont entre autres des entraves importantes que vivent nos populations vis-à-vis de l’accès aux soins de santé. 

En conséquence, cette situation de grève fort déplorable va sans nul doute aboutir à des aggravations des états de santé, voire à des pertes en vies humaines sur tout le territoire national, et par devers tout, endeuiller de nombreuses familles. 

Le RAME est encore plus préoccupé pour ces populations particulièrement vulnérables (les femmes enceintes, les malades du VIH, les personnes en situation d’handicape, les enfants, les malades de la tuberculose, …) dont l’accès aux soins était déjà inadéquatement limité par leur état de vulnérabilité surtout financière. Ces populations ne pourront pas dans cette situation de grève généralisée avoir des soins de qualité dans des services privés. Que dire des populations pour qui la continuité des soins est vitale (dialyse, prise d’ARV, …) ?

A ce niveau, nous interpellons le gouvernement à la mise en place immédiate de dispositifs inclusif et efficace permettant et facilitant une prise en charge adéquate de ces personnes vulnérables pendant ces périodes de crise. 

Aussi, le RAME voudrait également interpeller l’ensemble des acteurs de cette crise à instaurer sans délai un dialogue franc et responsable afin de proposer des solutions consensuelles et durables au profit de nos populations à la base. 

Il est indéniable qu’actuellement, il y a une crise de confiance entre d’une part les syndicats qui accusent le gouvernement de manque de sincérité dans le dialogue et de non respects des protocoles d’entente et d’autre part le gouvernement qui estime que ce sont les syndicats qui ne sont pas disposés au dialogue. 

Face à cette situation de méfiance qui ne favorise pas des solutions durables, le RAME invite vivement les différents protagonistes à associer lors des concertations et négociations d’autres acteurs neutres pouvant assurer le suivi de la mise en œuvre des recommandations et des accords qui en découleront. Ces acteurs pourront également veiller et alerter sur les facteurs favorables à d’éventuelle recrudescence de la crise.

Le RAME reste convaincu que les différents protagonistes sont capables de dépasser les intérêts catégoriels pour appréhender l’intérêt général et dialoguer ensemble pour une sortie de crise. 

Le RAME présente toutes ses condoléances aux familles éplorées durant cette période.

Prompt rétablissement aux malades ! 

Vive le Burkina Faso !

 RAME, influencer les politiques publiques pour un accès des populations aux soins de santé de qualité

04 BP 8038 Ouagadougou 04

Télécopie :00226 25 33 41 16

Messagerie : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Site Web : www.rame-int.org

Contact presse : 70050605/71258501

 

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé