Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: les cas confirmés en Afrique dépassent la barre du million. 
Burkina: la Semaine nationale de la culture ne se tiendra pas en 2020 à cause de la Covid-19 (ministre de la Culture).
Liban : au moins quatre Burkinabè blessés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth (bilan provisoire). 
Liban: les locaux du Consulat honoraire du Burkina Faso endommagés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth. 
Kantchari: Bapandi Ouoba, policier municipal, tué dans la nuit du 3 au 4 août 2020 à son domicile par des hommes armés non identifiés.
Ouahigouya: décès de la mère de l’ancien président de l’Assemblée nationale, feu Dr Salifou Diallo, ce 31 juillet 2020. 
Burkina: le BEPC a enregistré un taux de succès de 36,47% contre 26,62% en 2019.
Burkina: le CEP a enregistré un taux de succès de 66,06% contre 55,11% en 2019. 
Burkina: le CAP et le BEP ont enregistré un taux de succès de 63,37% contre 46,86% en 2019. 
Mali: Al-Qaida revendique l'attaque qui a tué un soldat français -brigadier Tojohasina Razafintsalaman- le jeudi 23 juillet 2020. 

SOCIETE

Après un mois de pénitence, de prières et d’aumônes, les musulmans du Burkina Faso, à l'instar d'autres pays, ont célébré la fête d'Aïd El Fitr ou Ramadan  ce mardi 4 mai 2019. Cette année, la célébration est placée sous le signe de la cohésion sociale.

Les fidèles musulmans de la ville de Ouagadougou, comme à l’accoutumée, ont célébré la fête de  l'Aïd El  Fitr à travers une grande prière dirigée par l'imam El Hadji Mahamadi Tiemtoré à la place de la nation de Ouagadougou. L'imam Tiemtoré dans son sermon a imploré Allah de protéger le Burkina contre les « forces du mal » tout en invitant les Burkinabè à renforcer les liens de la cohésion sociale.

Le Premier ministre Christophe Dabiré était présent au nom du gouvernement  pour souhaiter une bonne fête aux fidèles musulmans : « A cet instant précis, je voudrais saluer l'ensemble de nos frères et sœurs musulmans qui célèbrent aujourd'hui le Ramadan après un mois béni de carême. Le gouvernement est venu participer à cette prière pour montrer la communion que nous avons avec nos frères musulmans. Toutes les communautés religieuses de ce pays sont en communion pour que notre pays puisse avancer vers le développement. Les prières qui ont été faites pour l'ensemble du  pays visent à ce que la paix revienne dans ce pays » a affirmé le chef du gouvernement. 

Également présent, l’archevêque de Ouagadougou, le cardinal Philippe Ouédraogo, au nom de la communauté catholique a dit être venu apporter le message du Pape aux musulmans à l'occasion de cette célébration. « Nous sommes venus au nom de la communauté catholique pour souhaiter une bonne fête aux frères et sœurs musulmans. C'est une fête très importante pour eux et comme le dit les mossis, ce qui appartient au marigot appartient au caïman donc cette fête est aussi la  notre. Le message que le Saint-Père adresse à nos frères musulmans  est : musulmans et chrétiens, ensemble pour promouvoir la fraternité humaine universelle. Partant de la, il souhaite qu'ensemble nous puissions abattre les murs de l’ignorance, de la violence, de la haine, des incompréhensions et bâtir des ponts d'amitié, de fraternité, de tolérance »  a déclaré le Cardinal.

Un message qui va en droite ligne avec celui de la communauté musulmane. « La cohésion au Burkina Faso doit être notre socle. C'est à dire l'affaire des musulmans doit être celle des chrétiens et vice versa. C'est ainsi que nous pourrons former une nation forte qui pourra relever tous les défis. Nous rendons grâce à Dieu de nous avoir permis de voir ce jour. Nous avons prié pour tout le Burkina. Nous savons que notre pays a été ébranlé par des attaques et dans l'Islam nous disons que l'arme du croyant c'est la prière » a déclaré le El Hadj Atimi Démé, 2e vice-président de la Communauté musulmane.

L'Aïd el-Fitr est la fête de la rupture du jeûne qui marque la fin du mois sacré de ramadan. Ledit mois sacré constitue le 4e pilier de l’islam.