Aujourd'hui,
URGENT
Burkina:  18 Burkinabè meurent dans un accident à l'entrée de Bouaké en Côte d'Ivoire (conseil des ministres).       
Mali: plus de 100 djihadistes libérés en vue d’un échange pour obtenir la libération de Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin (AFP).
Togo: la BOAD injecte 20 milliards FCFA dans le projet cimentier du magnat Burkinabè Inoussa Kanazoé.
Présidentielle/2020: la jeunesse de l’Union pour le progrès et le changement collecte 26 millions de FCFA pour la caution de Zéphirin Diabré.
Sécurité: le Soudan détruit 300.000 armes à feu illégales dans le cadre du projet national de collecte d'armes
Santé: le Bénin lance la construction d'un Centre hospitalier et universitaire de référence dans la sous-région ouest-africaine.  
Présidentielle/2020 : le dossier du candidat Roch Marc Christian Kaboré déposé par Simon Compaoré, président du MPP, parti au pouvoir. 
Burkina: Mahamadi Kouanda démissionne du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir).
Burkina: le Premier ministre appelle à la mise en place d’un «système de commande publique efficient».
Burkina: Incarcéré à Ouaga,Jean Claude Bouda, ex ministre de la Défense obtient une «permission» d’un mois pour des soins (LeFaso.net). 

SOCIETE

Ce 2 juillet 2019, l'Organisation démocratique de la Jeunesse (ODJ), a exigé de nouveau vérité et justice sur « l’assassinat »  de leurs camarades Fahadou Cissé  et Hama Balima, le vendredi 31 mai 2019 dans la province du Yagha (Région du Sahel).

Suite à  ''l’assassinat'' de Fahadou Cissé,  responsable adjoint à l’organisation au niveau du bureau exécutif national  de l’ODJ et par ailleurs président de la section du Yagha et de  Hama Balima  quant à lui, trésorier de ladite section, l'organisation réclame justice.  Selon l’un des porte-paroles de l’ODJ, aucune piste n'est écartée et une plainte a été déposée auprès de la justice militaire pour que justice soit faite. Une autopsie des corps a été demandée mais depuis lors, des  « obstacles » retarderaient  l’autopsie d'après les conférenciers du jour. En effet, cela fait exactement 33 jours que les corps  attendent d’être autopsiés.   Les militants de l’ODJ  attendent que le médecin légiste fasse son travail afin que les familles ainsi que  organisation puissent organiser, des obsèques dignes pour leurs camarades assassinés.

L’ODJ au cours de ce point de presse a  condamné  « fermement  l’assassinat odieux des deux vaillants combattants »,  et a réaffirmé sa ferme détermination à se battre pour que les auteurs, commanditaires et complices soient « identifiés et châtiés à la hauteur de leur forfaiture ». 

Quant aux autorités, elles ont été invitées à prendre toutes les « dispositions pour que lumière soit faite sur cet ignoble assassinat ». L’ensemble des  militants et sympathisants de l'organisation  sont aussi appelés à la  mobilisation pour « des obsèques dignes du rang pour ces combattants de la jeunesse patriotique et révolutionnaire » du Burkina Faso. 

En rappel, le 1er juin 2019,  le bureau exécutif national de l 'ODJ, à travers un communiqué, portait à la connaissance de l’opinion publique nationale et internationale,  l'assassinat de deux de leurs  camarades. En effet, le vendredi 31 mai 2019, ils ont été tués alors qu’ils se rendaient à Sebba (province du Yagha/région du Sahel) pour une audience avec le Haut-Commissaire de la province du Yagha. Ils devaient échangés autour des problèmes liés à l’orpaillage en lien avec la fermeture des sites, les rackets et la corruption de certains agents de l’administration publique de la province et  les problèmes d’accès aux soins de santé dans la province.