Aujourd'hui,
URGENT
Turquie: plusieurs maires pro-kurdes arrêtés pour «terrorisme»
Kongoussi: neuf civils tués à Zoura (AIB)
France: les juges antiterroristes ont terminé leur enquête sur le 13-novembre
Football: les Étalons locaux sont qualifiés pour le CHAN 2020 après leur match nul (0-0) contre le Ghana
Burkina: plus de 800 mille personnes affectées par l'insécurité (gouvernement)
Bobo Dioulasso: 2 morts et 6 blessés dans l’effondrement d’une structure dans une usine
Togo: Jean-Pierre Fabre désigné candidat de l'ANC à la présidentielle 2020
Burkina: quatre militaires et un policer tués dans deux attaques terroristes dans la région du Nord
Burkina: l'UNFPA commémore ses 50 ans sous le signe de l'élimination des mutilations génitales féminines 
Terrorisme: "importante saisie d’armes" par la Force conjointe du G5 Sahel à la frontière entre le Niger et le Tchad

Pr Blandine Thieba/ Bonané, past-présidente de la Sogob,

SOCIETE

Dans le cadre de la lutte contre le cancer du col de l'utérus, la société des gynécologues et obstétriciens du Burkina  (Sogob), a organisé une campagne de dépistage gratuit au profit des femmes journalistes. C'était le mardi 10 septembre 2019 au sein de l'hôpital Yalgado Ouédraogo.

Une quarantaine de femmes journalistes ont bénéficié du dépistage. Elles ont été choisies pour ledit dépistage car étant le relais pour porter la bonne information sur le cancer du col de l'utérus. Selon le Pr Blandine Thieba/ Bonané, past-présidente de la Sogob, le cancer du col de l'utérus est « une tumeur  maligne, très dangereuse qui se développe au niveau du col de l'utérus », l'utérus étant l'organe féminin qui porte la grossesse jusqu'à terme. Le dépistage suivi du traitement des lésions précancéreuses  du col de l'utérus est selon l'organisation mondiale de la santé, le moyen de lutte le plus  efficace contre cette maladie.  

L'activité sexuelle précoce, le multi-partenariat, les infections sexuellement transmissibles sont, entre autres, des causes de cette maladie d'après Mme Thieba : « C'est un virus qui est surtout à l'origine de la survenue de ce cancer et ce virus a plusieurs types. Lorsque la femme est infectée par ce virus, elle l'abrite et c'est ce  qui va entraîner des modifications au niveau du col de l'utérus. Ces modifications peuvent régresser ou stagner et développer le cancer ». 

Si on le dépiste tôt, le cancer se soigne à 100%  a fait savoir la cheffe du département de gynécologie de l'hôpital Yalgado Ouedraogo, Blandine Thieba. « Quand  nous organisons des campagnes de dépistage, c'est pour détecter les lésions précancéreuses  qui lorsqu'elles  ne sont pas  détectées  à temps peuvent évoluer vers le cancer. Si le cancer est diagnostiqué tôt, on peut le soigner mais quand c'est à un stade où il  a déjà envahi le col, le traitement au Burkina coûte très chère alors qu'un simple dépistage aurait pu éviter cette situation ».

Un appel a été lancé à toute femme ayant  au moins  25 ans à se faire dépister.  Au premier dépistage, si le col est sain,  le rendez-vous  est donné 3 ans plus tard. Les femmes ménopausées ont droit à un  dépistage tout autre. 

En rappel, la  Sogob a été créée en 1992 avec pour objectif  de promouvoir une santé de « qualité » de la femme burkinabè mais également de  promouvoir  des jeunes gynécologues obstétriciens. 

 

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé