Aujourd'hui,
URGENT
Algérie: Abdelmadjid Tebboune élu président avec 58,15%
Etats-Unis: la commission judiciaire valide l'acte d'accusation de destitution de Donald Trump
Justice: 99 dossiers enrôlés pour les sessions des pôles criminels de Ouagadougou et de Ouahigouya
Justice: les acteurs demandent à la France de clarifier sa position sur l'extradition de François Compaoré dans l'affaire Norbert Zongo
Burkina: au moins 15 terroristes neutralisés, une base démantelée, et de l’armement saisi à Kompienga dans la Région de l'Est
Gaoua: une tonne de denrées périmées saisie par la police
Roch Kaboré: "Je voudrais rassurer tous les déplacés internes de notre engagement à créer les conditions de leur retour dans leurs localités"
Climat: les glaciers du Groenland fondent sept fois plus vite qu’en 1990
11-décembre: "Pour bâtir ensemble un Burkina Faso prospère, nous devons nous départir de nos intérêts égoïstes" (Roch Kaboré) 
11-décembre: "J’ai décidé de commettre un groupe de travail pour l’écriture de l’histoire générale de la Haute-Volta au Burkina" (Roch Kaboré)

SOCIETE

Interpellé dans la nuit de mardi 12 novembre 2019, l’activiste Naïm Touré a été conduit ce mercredi 13 novembre 2019 à la SRPJ de Ouagadougou. On lui reprocherait une tentative de démoralisation des forces de défense et de sécurité du Burkina Faso. 

L’interpellation de Naïm Touré «fait suite à des publications par l’intéressé sur les réseaux sociaux» et vise à concourir à la manifestation de la vérité, relativement à l’enquête ouverte qui se déroule sous le contrôle de la justice», explique un communiqué de la police nationale. 

De quels propos s’agit-il ? Le communiqué reste peu disert là-dessus.  Mais son avocat, Me Prosper Farama, interrogé par nos confrères de radio Oméga explique: «On lui reprocherait une tentative de démoralisation des forces de défense et de sécurité sur un de ses postes qu’il aurait publié. (…) Ils affirment qu’au niveau de la hiérarchie militaire il y aurait une certaine promotion de la médiocrité de la part de Naïm Touré et que ça serait source de démotivation des forces de défense et de sécurité».

Son interpellation, dans la nuit de mardi 12 novembre 2019 par des agents en civils dans un véhicule banalisé selon la rumeur qui courait a mis les réseaux sociaux en émoi. «On a été informé à 22h que des hommes avaient fait irruption à son domicile et qu''il avait été menottée et emmené. Nous avons été avisés qu’on l'avait emmené au commissariat central. Je m'y suis déplacé vers 22h et aucune trace de lui à ce niveau», répondait ce matin son avocat, Maître Prosper Farama à Radio Liberté. 

C’est finalement ce 13 novembre 2019 au matin qu’il a été transféré au Service régional de la police judiciaire (SRPJ). 

En juillet 2018, l’activiste avait déjà été condamné à deux mois de prison pour «participation à une entreprise de démoralisation des forces armées; proposition non-agréée de complot contre la sûreté de l’Etat et incitation à troubles à l’ordre public». 

 

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé