Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: les cas confirmés en Afrique dépassent la barre du million. 
Burkina: la Semaine nationale de la culture ne se tiendra pas en 2020 à cause de la Covid-19 (ministre de la Culture).
Liban : au moins quatre Burkinabè blessés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth (bilan provisoire). 
Liban: les locaux du Consulat honoraire du Burkina Faso endommagés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth. 
Kantchari: Bapandi Ouoba, policier municipal, tué dans la nuit du 3 au 4 août 2020 à son domicile par des hommes armés non identifiés.
Ouahigouya: décès de la mère de l’ancien président de l’Assemblée nationale, feu Dr Salifou Diallo, ce 31 juillet 2020. 
Burkina: le BEPC a enregistré un taux de succès de 36,47% contre 26,62% en 2019.
Burkina: le CEP a enregistré un taux de succès de 66,06% contre 55,11% en 2019. 
Burkina: le CAP et le BEP ont enregistré un taux de succès de 63,37% contre 46,86% en 2019. 
Mali: Al-Qaida revendique l'attaque qui a tué un soldat français -brigadier Tojohasina Razafintsalaman- le jeudi 23 juillet 2020. 

SOCIETE

Le Cardinal Philippe Ouédraogo, archevêque métropolitain de Ouagadougou, a livré ce lundi 23 décembre 2019 à la presse nationale ses vœux de Noel 2019 et du Nouvel an 2020. Dans son message qu’il a lui-même lu en intégralité en français et en langue nationale Mooré, il a indiqué que « que la paix constitue le vœu le plus cher et le plus essentiel qu’il formule à tous ».

C’est devenu une tradition pour le Cardinal Philippe Ouédraogo d’adresser à l’ensemble du peuple burkinabè et des fidèles catholiques ses vœux de Noel et du Nouvel an. Cette année compte tenu du contexte sécuritaire difficile pour le Burkina Faso, l’archevêque de Ouagadougou a laissé entendre que la paix est le vœu essentiel qu’il formule à l’ensemble des citoyens du pays.

« L’année nouvelle 2020 fait suite à une année 2019 riche d’événements heureux et douloureux. Le défi tragique de l’insécurité et des attaques terroristes ont traumatisé nos populations, endeuillé nos familles, disloqué la cohésion sociale et compromis le développement socio-économique. De nombreux migrants et réfugiés, hommes et femmes sont en quête de paix et sont sans abri. L’avenir de milliers d’enfants est compromis. La paix constitue le vœu le plus cher et le plus essentiel que nous formulons pour tous, pour vos personnes, vos familles, pour votre vivre-ensemble en tant que fils et filles du Burkina Faso » a souhaité le Cardinal Ouédraogo.

Il a surtout émis le vœu que « ceux qui prennent les armes et explosifs les déposent et cessent de tuer leurs frères et sœurs innocents » et que « puisse un sursaut national de tous les Burkinabè dans l’amitié, la solidarité, et le dialogue franc et sincère, favoriser l’avènement d’une paix véritable et durable ».

Par ailleurs, il n’a pas manqué de saluer tous les acteurs multiformes qui ont œuvré à la bonne tenue à Ouagadougou d’événements religieux majeurs comme la rencontre des évêques de l’Afrique de l’ouest et le 4e congrès  panafricain de la miséricorde divine.  

« En cette veille de noël, notre vœu le plus cher est que le Seigneur bénisse le Burkina Faso, le peuple burkinabè, et nous comble au-delà de nos attentes. Notre vœu le plus cher à l’endroit de tous est que le Seigneur renforce l’esprit de famille, et fortifie notre vivre-ensemble dans la fraternité et l’amour mutuel. Avec confiance et espérance, nous prions le prince de la paix, pour une paix véritable et durable au Faso, dans la sous région et dans le monde » a conclu le prélat.

Le 24 décembre, le Cardinal Philippe Ouédraogo présidera en personne la messe de minuit de noël à la Cathédrale de Ouagadougou. 

En rappel,  Noel est la célébration de la naissance de Jésus Christ à Bethléem. Selon la foi chrétienne, de la faiblesse de ce nouveau-né et de la pauvreté de la crèche, jaillira la puissance de la Résurrection. Noël est célébré le 25 décembre de chaque année pour rappeler « la venue du saveur, Jésus, fils de Dieu, » sur la terre des hommes.