Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

SOCIETE

L’Union police nationale (Unapol) qui appelait à la grève illimitée à partir de ce mardi, a suspendu son mot d’ordre. 

«L’Unapol suspend son mot d’ordre d’arrêt de travail et invite l’ensemble des policiers à mener leurs missions tout en restant en alerte et mobilisée», annonce un communiqué émanant de son secrétaire général Armiyaho Zongo. 

Selon M. Zongo, cette décision fait suite aux  «échanges constructifs et fructueux» que le syndicat a eu lundi soir avec le Premier ministre Christophe Dabiré dans l'après midi du mardi 3 février 2020.

Le Premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré à la tête d’une délégation gouvernementale, avait reçu dans l’après-midi du 3 février 2020, les responsables de l’Unapol. Au menu des échanges, le préavis de grève illimitée annoncé par ce syndicat pour demain 4 février 2020.

Après près de trois heures d’échange, l'espoir d'une levée du mot et s’était dessiné. Mais avant de suspendre ce mot-d’ordre, le secrétaire général de l’Unapol avait dit qu’«avant de prendre toute décision, nous allons nous concerter et tenir compte de l’intérêt supérieur de la nation ».

Le mot-d’ordre est donc suspendu, mais «l’Unapol invite toutefois le gouvernement à résoudre urgemment les problèmes évoqués pour éviter des situations désagréables», prévient Armiyaho Zongo.

Il faut noter que ce syndicat de la police menaçait de déclencher à partir de ce mardi, une grève illimitée pour dénoncer, entre autres, des disfonctionnements internes à la police, le retard d’indemnisation pour les familles des policiers tués lors d’attaques et le règlement du plan de carrière de plus de 1000 policiers.

 Le gouvernement a tenu à rassurer l’Unapol que l’intégralité des problèmes peut trouver solutions.

Par contre certains points comme le reclassement des officiers de polices, les équipements en armes, devront attendre encore quelques temps puisque des textes réglementaires doivent être pris.