Aujourd'hui,
URGENT
Agriculture: la Suisse alloue plus de 5 milliards FCFA aux petits agriculteurs de l’Afrique de l’Ouest. 
Burkina: l’Union européenne offre à l’armée du matériel destiné à la lutte contre le terrorisme.
Santé: le paludisme risque de tuer plus de personnes que le coronavirus en Afrique subsaharienne, prévient l’OMS.
Sommet UE-G5 Sahel : Roch Marc Christian Kaboré plaide pour plus d’investissements au profit des populations. 
Burkina: décès vendredi à Ouagadougou de Thomas Sanon, 73 ans, ancien ministre des Affaires étrangères et président du CES
Cyclisme: le Burkinabè 🇧🇫Paul Daumont nominé pour le prix du meilleur cycliste africain de l'année.
États-Unis : Donald Trump autorise le processus de transition vers une administration Biden.  
Burkina: un citoyen américain abattu le 21 novembre 2020, devant le camp Baba Sy de Ouagadougou.      
Burkina: l’Union africaine appelle à des élections apaisées et transparentes. 
Burkina: 860 villages et secteurs ne pourront pas prendre part au scrutin couplé. Cela représente environ 370 000 Burkinabè.

SOCIETE

"Anw ka kêlê" ou encore (Notre combat en langue Dioula), est un projet mis en œuvre par le Réseau des Clubs RFI du Burkina avec le soutien financier du Centre de crise et de soutien du ministère français des Affaires étrangères de l’Europe et le partenariat de France Médias monde. Ce projet qui couvrira 11 zones, notamment les villes de Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, Boromo, Houndé, Zorgho, Manga, Kongoussi, Dédougou, Banfora, Sindou/Orodara et Saponé a connu l'un de ses points culminants ce mercredi 27 mai 2020 à travers une opération de sensibilisation dans quatre marchés et Yaars de la ville de Ouagadougou.


Pour Ben Adama Coulibaly, coordonnateur du projet "Anw ka kêlê",  dans ce contexte difficile lié à la pandémie du Coronavirus au Burkina, les outils de prévention de la maladie et les outils de sensibilisation à l’hygiène sont très importants. "Notre objectif premier, ce sont les personnes vulnérables. Notamment les personnes âgées, les femmes enceintes, allaitantes, les enfants, les personnes handicapées etc. A travers cette opération, il s'agit pour nous de rappeler les mesures barrières parce qu'une bonne frange de la population est toujours dubitative par rapport à cette pandémie", fait remarquer M. Coulibaly.

C'est ainsi donc que l'accent est mis sur des actions de sensibilisation et de mobilisation auprès des ménages et des communautés ciblées. Un accent particulier est également mis sur la conception et la diffusion d’outils d’informations et de sensibilisation de qualité, compréhensible et complémentaire avec les campagnes nationales de prévention sur la nature de la pandémie, les enjeux liés à la sensibilisation sur la pandémie de Coronavirus, sur ses modalités de transmission, les modes et politiques de prévention et sur les enjeux de la pandémie.

"Au-delà de cette opération de masse, la sensibilisation porte-à-porte de nos 65 volontaires nous permet de toucher les populations les plus vulnérables dans les ménages. Il y a des personnes âgées par exemple qui ne sortent pas forcement dans les marchés ou dans la rue. Ces personnes ont besoins d'être sensibilisées afin de s'adapter aux mesures barrières", soutien le coordonnateur du projet. Des propos corroborés par Ousseini Ouédraogo, délégué du marché de Benogo pour qui, "les commerçants n'ont de préoccupations que leurs revenus quotidien. Ce genre d'actions vient donc rappeler à chacun, qu'au-delà de la pitance quotidienne, notre santé est plus que primordiale." En effet en plus du camion podium muni de hauts parleurs distillant des messages de sensibilisation en français et en langues locales, tous les usagers rencontrés sont désinfectés et sensibilisés. 

Ousseini Ouédraogo, délégué du marché de Benogo

"J'accepte, Je me protège, Je protège" est donc le slogan de ces jeunes qui depuis le début du mois d'août, ont pris d'assaut villes et campagnes du pays pour apporter leur contribution à l'éradication de la pandémie. A termes, ce sont 124 000 ménages qui en seront bénéficiaires directs dans les zones vulnérables des villes concernées par le projet.

Pour l’activité de terrain de ce 27, quatre marchés et Yaars ont été ciblés dans la ville de Ouagadougou pour une sensibilisation de proximité. Il s'agit de 10 Yaars,  les marchés de Bendogo, de Dassasgho et celui de Naaba Poogo du quartier Pissy. En rappel, le marché de Benogo compte 1000 hangars, 500 boutiques, soit plus de 10.000 visiteurs/jour selon le délgué. Celui de Dassasgho compte 1500 hangars et 500 boutiques.