Aujourd'hui,
URGENT
Agriculture: la Suisse alloue plus de 5 milliards FCFA aux petits agriculteurs de l’Afrique de l’Ouest. 
Burkina: l’Union européenne offre à l’armée du matériel destiné à la lutte contre le terrorisme.
Santé: le paludisme risque de tuer plus de personnes que le coronavirus en Afrique subsaharienne, prévient l’OMS.
Sommet UE-G5 Sahel : Roch Marc Christian Kaboré plaide pour plus d’investissements au profit des populations. 
Burkina: décès vendredi à Ouagadougou de Thomas Sanon, 73 ans, ancien ministre des Affaires étrangères et président du CES
Cyclisme: le Burkinabè 🇧🇫Paul Daumont nominé pour le prix du meilleur cycliste africain de l'année.
États-Unis : Donald Trump autorise le processus de transition vers une administration Biden.  
Burkina: un citoyen américain abattu le 21 novembre 2020, devant le camp Baba Sy de Ouagadougou.      
Burkina: l’Union africaine appelle à des élections apaisées et transparentes. 
Burkina: 860 villages et secteurs ne pourront pas prendre part au scrutin couplé. Cela représente environ 370 000 Burkinabè.

SOCIETE

Le traditionnel Conseil des ministres s’est tenu, ce mercredi 17 juin 2020, sous la présidence du chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré.

Au nombre des dossiers inscrits à l’ordre du jour et rendus publics par le porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou, lors du bref point de presse tenu au Service d’information du gouvernement, on retiendra que le Code électoral a fait l’objet d’examen au cours de cette importante rencontre.

Selon le ministre Dandjinou, l’examen dudit document intervient suite aux concertations relatives aux prochaines élections, qui ont eu lieu entre la majorité et l’opposition politique. « Seuls les amendements consensuels ont été pris en compte dans ce projet de loi portant modification du code électoral », a indiqué Rémis Dandjinou, avant de préciser que ces amendements concernent, entre autres, l’harmonisation de la durée de la campagne électorale pour la présidentielle et les législatives, la réduction du délai de traitement des requêtes par la CENI, la réduction des délais de déclaration de candidature à la présidentielle et aux législatives, la révision de la liste électorale, …

Il ressort également du compte-rendu du porte-parole du gouvernement que le Conseil des ministres a adopté le projet de loi des finances rectificative, exercice 2020. On notera, aux dires du ministre Dandjinou, que le budget de l’Etat a été fortement impacté par la maladie à Coronavirus.

En effet, les recettes qui étaient de 2233 milliards 316 millions 662 mille FCFA sont passées à 2031 milliards 350 millions 136 mille FCFA. Quant aux dépenses, elles étaient évaluées à 2518 milliards 456 millions 662 mille FCFA. Désormais, elles se chiffrent, après modification de la loi des finances, à 2508 milliards 81 millions 572 mille FCFA. Par conséquent, le déficit budgétaire passe de 285,140 milliards à 469,231 milliards de FCFA, soit une dégradation de plus de 64%.

Selon le porte-parole du gouvernement, l’impact de la maladie à Coronavirus a engendré de nouvelles priorités liées notamment aux mesures sociales, au soutien à l’économie nationale, au financement du plan de riposte à la Covid-19, etc.

Le Conseil des ministres de ce jour a aussi autorisé le recrutement d’agents par la Fonction publique au titre de l’année 2020. Ainsi, il est ouvert 3395 postes pour le compte des concours professionnels, 4721 postes pour les concours directs et 4723 postes pour les concours sur mesures nouvelles spéciales.

Par ailleurs, le ministre porte-parole a informé les hommes de médias de la tenue, les 25 et 26 juin 2020, de la 28è session de l’Assemblée générale des sociétés d’Etat.

Sur la question sanitaire, il est envisagé la prise en charge de la Covid-19 dans les soins de routine pratiqués dans les centres hospitaliers ainsi que le renforcement de la gestion des cas importés, sans oublier le lancement, très bientôt, du dépistage massif volontaire sur les sites de triage prévus à cet effet.

Pour ce qui est des contributions citoyennes dans le cadre de la lutte contre la Covid-19, à la date du 16 juin 2020, le bilan fait état de 2 milliards 409 millions 65 mille 197 FCFA au titre des dons en espèces et de 2 milliards 894 millions 176 mille 573 FCFA pour ce qui est des dons en nature.

DCPM/Ministère de la Communication et des relations avec le parlement