Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: les pétards pour divertissement toujours interdits (ministère du Commerce)
Environnement: 2019 achève la décennie la plus chaude jamais enregistrée, selon l’ONU (RFI)
Gabon: arrestation de Brice Laccruche, ex-chef de cabinet du président Bongo
Burkina: une vingtaine de terroristes abattus  à Toéni (Boucle du Mouhoun) et Bahn (Nord)
Football: l'attaquant burkinabè, Jonathan Pitroipa met fin à sa carrière internationale après 13 années
Burkina: «75 % des sources d’infections du VIH chez les couples, viennent des prostitués» (Etude)
Football: l'Argentin Lionel Messi remporte son 6e ballon d'or, un record
Burkina: le Premier ministre souhaite la reprise des négociations avec le monde syndical avant la fin de l'année
UE: la présidente von der Leyen veut «un nouveau départ» pour l'Europe
Burkina: l’Opposition politique exige la levée du secret-défense sur le budget de l'armée

TRIBUNE

Les uns voient tout en rouge. Pour eux, le danger est partout sur cette terre des hommes intègres. Les autres rapatrient enfants et personnel non essentiel. Dans le même temps, ils déconseillent fortement la destination « Burkina Faso » à leurs ressortissants.  Ces « amis » du Burkina voudraient-ils accentuer la psychose au sein des populations et contribuer à l’isolement diplomatique du pays qu’ils ne s y seraient pas pris autrement. Dans cette guerre où chacun défend ses intérêts, il appartient aux Burkinabè de demeurer lucides,  de ne pas tomber dans l’auto flagellation ou céder aux prévisions apocalyptiques en ce qui concerne l’avenir du pays. A ce niveau, la communication politique doit jouer justement un grand rôle pour déconstruire les clichés et redorer le blason du pays sur la scène internationale.

Le terrorisme ne connaît pas de frontière. On ne vit pas plus en insécurité  au Burkina Faso qu’en France ou aux Etats Unis. Les alertes rouges reposent sur des critères occidentaux qui ne sont pas toujours en adéquation avec nos réalités. Il ne faut donc pas se laisser berner. Il est parfois plus facile de voir la paille dans l’œil de son voisin que la poutre dans le sien.  Du reste, de nombreux occidentaux qui vivent paisiblement au Burkina Faso rient sous cape quand ils voient  ces cartes du pays rougies à l’excès  par certaines chancelleries. Nul ne nie le fait que le pays  traverse une situation sécuritaire assez difficile. Mais de là  à peindre tout en rouge, il y a assurément un pas qu’il faudrait se garder de franchir. 

Du nécessaire sursaut patriotique

Maintenant que les Burkinabè sont coutumiers du fait, il leur appartient de ne pas contribuer à ternir l’image de leur pays.  Le Burkina Faso revient de loin.  Il parviendra comme l’histoire l’a toujours démontré, à faire face victorieusement à l’adversité. Il  faut donc continuer  à agir avec bravoure, fierté et dignité en dépit des attaques terroristes. Si chaque citoyen doit jouer sa partition comme cela se doit, les acteurs politiques sont plus interpellés. Ils se doivent de donner une autre image que celles de boulimiques du pouvoir prêts à bruler le pays s’il le faut pour assouvir leur dessein.  Les dernières sorties du CFOP et de l’APMP s’accusant mutuellement de tous les pêchés d’Israël sont bien malheureuses. A un certain moment, il faut savoir taire ses divergences et aller à l’union sacrée. Dans le cas d’espèce, le pays recherche des solutions concrètes  et non des invectives et autres procès en sorcellerie. En ce qui concerne la carte, la diplomatie burkinabè doit pouvoir se faire entendre. Le Burkina Faso doit se faire respecter en tant qu’Etat souverain.

Gloire et honneur aux FDS

Par rapport au front, grâce à l’efficacité du renseignement, à la collaboration des populations et surtout au professionnalisme des FDS, au moins 12 terroristes ont été envoyés ad patres ces derniers jours au centre-est et au centre-sud. Cette dynamique doit se poursuivre pour mettre hors d’état de nuire tous les terroristes et leurs suppôts qui rêvent de voir le pays sombrer dans le chaos et l’ingouvernabilité. 

Au Burkina Faso, des liens intrinsèques sont en effet tissés entre les groupes terroristes et les réseaux du crime organisé qui collaborent pour faire prospérer leurs affaires. Ces réseaux se développent grâce à la complicité ou la participation d’acteurs locaux, qui tirent des bénéfices dans ces trafics illicites. Ces narcotrafiquants ont également des connexions avec les groupes terroristes, qui contrôlent totalement ou en partie certains axes transfrontaliers. Il y a donc une véritable imbrication d’enjeux, d’acteurs, de réseaux pour le contrôle des ressources locales et du narcotrafic dans des zones où l’Etat est faiblement représenté en termes d’administration et de forces de défense et de sécurité. Cette juxtaposition des intérêts rend plus complexe la recherche d’une stabilité durable, car plusieurs dynamiques cohabitent dans un même espace avec des intérêts interconnectés. Les Burkinabè doivent tenir, œuvrer à se renforcer de l'intérieur et faire échec à tout projet de délitement des tissus sociaux. Avec la fin de l’année qui approche et au regard des revers qu’ils ont subi ces dernières semaines, les groupes terroristes seront enclins à opérer des représailles.  Les FDS  doivent donc rester en alerte maximale et procéder à un meilleur maillage sécuritaire du pays. Les fouilles doivent être systématiques et complètes aux postes de contrôle. Les populations doivent observer la plus grande prudence dans leurs faits et gestes.  C’est à ce prix que le Burkina Faso demeurera fréquentable. Pour toujours.

 

Jérémie Yisso BATIONO

Enseignant chercheur

Ouagadougou

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé