Aujourd'hui,

Le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré, a reçu en fin de matinée, le ministre d’Etat, ministre de la défense de la République de Côte d’Ivoire, Téné Birahima Ouattara. Introduit par son homologue burkinabè Moumina Cheriff SY, le ministre d’Etat ivoirien a transmis au président du Faso un message du président Alassane Ouattara. Il a aussi échangé avec le chef de l’Etat sur des questions de coopération entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire.

Ce sont quatre individus qui viennent d’être mis aux arrêts par la Police Nationale, à travers la Division des Investigations Criminelles (DIC) de la Direction de la Police Judiciaire (DPJ). Ils s’étaient spécialisés dans la fraude fiscale, le faux et usage de faux en écriture privée et le blanchiment de capitaux.

 

 Ce 02 avril 2021 aux alentours de 6h15, les Casques bleus ont vaillamment repoussé une attaque complexe perpétrée par plusieurs terroristes lourdement armés contre le camp de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) à Aguelhok dans le cercle de Tessalit.

Francis Ducreux, coureur cycliste français professionnel de 1968 à 1973, est décédé ce samedi 1er mai à Ouagadougou au Burkina Faso. Depuis plusieurs décennies, il était connu pour être un infatigable organisateur de courses cyclistes sur le continent africain avec notamment le Tour du Burkina Faso. 

Sondage

Rien n'a été trouvé!

Rejoins-nous sur Facebook

Météo

giweather joomla module

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé

COMMUNIQUES

Résumé du rapport du contrôle citoyen réalisé dans les régions de l’Est et du Sahel avec le soutien de la GIZ

I. Contexte

Le Burkina Faso à l’instar des autres pays du monde, s’est engagé au forum mondial de l’Education d‘Incheon en Mai 2015, à réaliser l’agenda Education 2030. 

Le suivi de la mise en œuvre du PSEF s’effectue à travers les rencontres des groupes thématiques, du Cadre Partenarial de l’éducation, du Cadre Sectoriel de Dialogue Education Formation et des missions conjointes de suivi des indicateurs du Plan Sectoriel.

Les statistiques scolaires indiquent que des progrès encourageants ont été réalisés en 2018 dans le domaine de l’accès (4,1% de taux de scolarisation au préscolaire, 90,7% au primaire, 52% au post primaire et 17,6% au secondaire). Toutefois, la qualité de l’éducation demeure critique au regard des scores moyens des acquis scolaires en français (50,2 sur 100 au CP2 et 49,1 sur 100 au CM1) et en mathématiques (50,1 sur 100 au CP2 et 28,3 sur 100 au CM1).  

Face à cette situation, les organisations de la Société civile qui n’ont de cesse d’interpeller les décideurs sur la nécessité d’interroger les stratégies, les approches de planification des activités et le système de suivi évaluation s’inquiètent des risques de non atteinte des objectifs du PSEF en 2030. 

Afin de jouer son rôle de veille et assurer le plaidoyer pour la mise en œuvre de l’ODD4, la CN-EPT/BF avec le soutien de l’Initiative Allemande - Backup Éducation s’est engagée à travers le contrôle citoyen à impliquer dans les régions du Sahel et de l‘Est, 318 représentants des organisations de la société et des communautés à la base dans le suivi des indicateurs du PSEF qui est le référentiel de l’ODD4 au Burkina Faso. 

II. Objectifs

L’objectif global de cette activité est de disposer d’un suivi indépendant de la mise en œuvre du PSEF et de l’ODD4 au Burkina Faso 

Objectifs spécifiques

- Renforcer les capacités des acteurs du terrain sur le contrôle citoyen et le suivi budgétaire de l’éducation ;

- Recueillir des données sur la manière dont les activités du plan d’action du MENAPLN sont mises en œuvre ;

- Élaborer un rapport de synthèse sur le contrôle citoyen de la mise en œuvre des indicateurs du PSEF et du suivi budgétaire de l’éducation.

 III. Méthodologie 

 Une revue documentaire 

- l’Agenda Education 2030 à assurer la réalisation de l’ODD4 et ses sept cibles 

- le Plan sectoriel de l’Education et de la Formation (2017-2030) qui prend en compte les indicateurs du Programme de Développement Stratégique de l’Education de Base (PDSEB 2012-2021)

- la Stratégie de Scolarisation des Elèves des Zones à Forts Défis Sécuritaires (SSEZDS) 2019-2024 

- le Programme Sectoriel de l’Education et de la Formation du Burkina Faso.

 Approche technique

- un atelier de formation à renforcer les capacités de 318 représentants des OSC et des acteurs de l’éducation sur les indicateurs du PSEF, le suivi budgétaire de l’éducation et le contrôle citoyen. 

- la collecte des données dans les cinquante-deux communes des deux régions de l’Est et du Sahel par les membres des comités communaux et régionaux constitués à cet effet ont procédé à 

- les données collectées par région ont été examinées par un comité de personnes de ressources et renvoyées dans chacune des deux régions pour validation.

- un  comité de personnes de ressources avec l’équipe de la coordination nationale de la Coalition a enfin procédé à l’élaboration du rapport général qui synthétise les contenus des deux rapports régionaux

IV. Résultats majeurs selon les principaux axes de l’étude

Quelques éléments forts du contrôle citoyen réalisé par la CN-EPT – BF :

1. Indicateurs d’effets dans le domaine de l’éducation au niveau des régions de l’Est du Sahel

À l’Est 

Le taux de scolarisation dans la région de l’Est au primaire s’est situé à 19,56% en 2018 contre 10,48% en 2019 d’où une baisse de 9,08 points. Par ailleurs, le taux de redoublement au primaire et au post-primaire est de 2,11% et 2,88% respectivement en 2018 et 2019. Le taux d’abandon quand-t-à lui est de 2,29% et 2,09%.

Au Sahel

Le taux de scolarisation dans la région s’est situé à 42,45% en 2018 contre 23,57% en 2019 d’où une baisse de 18,88 points entre 2018 et 2019.

2. Les effets de l’insécurité sur les élèves et les enseignants dans les régions de l’Est et du Sahel

- A l’Est 

L’impact négatif de l’insécurité s’est fait ressentir sur les effectifs des élèves mais aussi sur ceux des enseignants dans la région en 2018 et 2019. On a dénombré 2 566 élèves dont les écoles ont été fermées ou incendiées en 2018 et 8 167 élèves se trouvant dans la même situation en 2019. L’effectif des élèves des écoles fermées ou incendiées s’est accru de 218,27% entre 2018 et 2019. En outre, on a dénombré 1383 élèves déplacés en 2019 contre 00 élèves déplacés en 2018. Les enseignants ont aussi été touchés par la fermeture des écoles dû à l’insécurité dans la région. En 2018, 132 enseignants ont été touchés par la fermeture des écoles contre 733 dans la même situation en 2019.

Le constat global indique que l’incidence de l’insécurité sur le secteur de l’éducation va en s’aggravant.

- Au Sahel 

L’impact négatif de l’insécurité s’est fait ressentir sur les effectifs des élèves mais aussi sur les enseignants dans la région du Sahel en 2018 et en 2019. On a dénombré 19 458 élèves dont les écoles ont été fermées ou incendiées en 2018 et 67 628 élèves se trouvant dans la même situation en 2019. L’effectif des élèves des écoles fermées ou incendiées s’est accru de 247,55% entre 2018 et 2019. En outre, on a dénombré 258 élèves déplacés en 2018 et 17 481 en 2019 enregistrant un supplément de 17 223 élèves déplacés dans la région en 2019 par rapport à 2018.

Les enseignants ont aussi été touchés par la fermeture des écoles dû à l’insécurité dans la région du Sahel. En 2018, 723 enseignants ont été touchés par la fermeture des écoles contre 2350 enseignants, soit 325,03% se trouvant dans la même situation en 2019.

3. Proportion d’acteurs ayant participé à la mise en œuvre et au suivi évaluation du plan d’action de la région du sahel en 2018 et 2019

- A l’Est

L’élaboration des politiques de développement doit être participative en impliquant tous les acteurs et les forces vives du pays ou de la localité concernée. L’élaboration du plan d’action de l’éducation de la région de l’Est ne doit pas faire exception à ce principe de bonne gouvernance. 

L’analyse des données indique que seulement 7,41% des acteurs ont participé à l’élaboration du plan au niveau communal en 2018 comme en 2019. Au niveau provincial tout comme au niveau régional, on note que les acteurs n’ont pas été impliqués avec un taux de participation citoyenne nul en 2018 comme en 2019.

De l’analyse des données liées à la participation citoyenne au suivi évaluation du plan d’action de l’éducation de la région de l’Est, il ressort que la participation n’est effective qu’au niveau communal avec 11,11% des acteurs qui y ont été impliqués en 2018 et 2019. Les autres niveaux administratifs n’ont enregistré aucune participation au suivi évaluation du plan d’action sur les deux années. La participation citoyenne au suivi évaluation du plan d’action de l’éducation au niveau de la région de l’Est est très faible au niveau communal en 2018 comme en 2019

- Au Sahel 

En ce qui concerne la mise en œuvre du plan d’action de l’éducation de la région du Sahel, il ressort que 3,85% des acteurs y ont été impliqués en 2018 à tous les niveaux administratifs. En 2019, aucune participation à la mise en œuvre du plan d’action n’a été enregistrée. La participation citoyenne à la mise en œuvre du plan d’action de l’éducation au niveau de la région du Sahel est très faible en 2018 et quasi inexistante en 2019.

La participation citoyenne au suivi évaluation du plan d’action de l’éducation de la région du Sahel, il ressort que 3,85% des acteurs y ont été impliqués en 2018 à tous les niveaux administratifs. En 2019, aucune participation au suivi évaluation du plan d’action n’a été enregistrée. La participation citoyenne au suivi évaluation du plan d’action de l’éducation au niveau de la région du Sahel est très faible en 2018 et quasi inexistante en 2019.

4. L’analyse comparative des données de l’éducation préscolaire dans les deux régions

Les taux de préscolarisation dans les régions étudiées ont été marqués par une évolution similaire. En effet, entre 2018 et 2019, de 1,1% et 1,4 pour la région de l’Est contre respectivement 1,7 % en 2018 et 2019 pour la région du Sahel. Pendant ce temps, le taux national de préscolarisation entre 2018 et 2019 a été croissante puisqu’il est passé respectivement de 4 ,1% à 5,2%. 

5. L’analyse comparative des taux d’achèvement au primaire, post-primaire et secondaire

Au primaire, les taux d’achèvement ont connu une baisse dans les régions touchées par cette étude pendant ce temps, au niveau national le taux d’achèvement a été positif évoluant de 63% à 61,7% de 2018 à 2019.

Contrairement, au post-primaire ces taux ont été évolutif dans les régions de l’Est et du Sahel. 

Toutefois, tel qu’en soit le niveau d’enseignement, ces chiffres sont très faibles par rapport à la moyenne nationale. Au primaire, pendant que le taux national est de 63%, les régions de l’Est et du Sahel étaient respectivement de 43,7% et 20% en 2018. En 2019 au secondaire, les taux d’achèvement étaient respectivement de 8,3% et 2,6 pour l’Est et le Sahel.

6. L’analyse comparative des taux d’admission en CP1, 6e, Seconde

Dans les régions de l’Est et du Sahel du Burkina Faso, les taux matérialisant les effets ont été très faibles par rapport à la moyenne nationale. Pour l’accès à la classe du CP1, pendant que le taux national était de104,8%, les régions de l’Est et du Sahel étaient respectivement de 70,7% et 36,3% en 2019. Au cours de la même année (2019) au secondaire, les taux d’achèvement étaient respectivement de 18,5% et 4,6 pour l’Est et le Sahel contre un taux national de 25%.

7. Recommandations majeures

- La réalisation d’infrastructures et de personnel qualifié pour relever le niveau des effectifs et de la qualité au niveau du préscolaire dans les régions concernées.

- L’implication des communautés locales dans la sécurisation des écoles

- L’implication des communautés locales dans la réalisation des infrastructures éducatives aux niveaux préscolaire, primaire et secondaire

- L’augmentation le montant des ressources transférées aux collectivités d’accroitre le nombre d’infrastructures préscolaires, primaires et secondaires

- L’implication des OSC dans la mise en œuvre des plans de développement ;

- Le renforcement des capacités des enseignants à travers la formation continue ;

- Création de concertation des OSC aux niveaux national, régional et provincial pour le suivi citoyen des recommandations

- Le renforcement des OSC pour une meilleure implication de leurs activités de suivi citoyen ;

- Organisation des fora de redevabilité sur les plans d’action au niveau communal

- Faire de sorte que les cantines scolaires soient fonctionnelles toute l’année scolaire.

Nous vous remercions pour votre aimable écoute.