Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

POLITIQUE

Peu avant l’entame des travaux du Conseil des ministres de ce mercredi 25 avril 2018, le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré, a lancé un appel aux populations afin que le paludisme puisse être vaincu au Burkina Faso d’ici 2030.

« Ensemble nous pouvons vaincre le paludisme » d’ici 2030, a dit Roch Marc Christian Kaboré. Il a invité les personnels de santé et le peuple tout entier à conjuguer leurs efforts pour y parvenir.

L’appel du Président du Faso s’inscrit dans le cadre de la commémoration, le 25 avril de chaque année, de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme dont le thème cette année est : « Prêts à vaincre le paludisme ».

Au Burkina Faso, les statistiques montrent que ce sont les enfants de moins de 5 ans qui paient le plus lourd tribut à cette maladie, a rappelé le chef de l’Etat. 

Mais de façon globale, a-t-il souligné, grâce aux efforts du gouvernement à travers la gratuité des soins pour les enfants de moins de 5 ans et la subvention des antipaludiques, la maladie connaît un recul de l’ordre de 50% au Burkina Faso. Dans ce sens, le Président du Faso n’a pas manqué de saluer le soutien des partenaires techniques et financiers.

En rappel le paludisme constitue au Burkina Faso, la première cause de consultations dans les formations sanitaires.

La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir