Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

©Minefid

POLITIQUE

Ceci est la déclaration  du Burkina Faso prononcée par Lassané Kaboré, ministre de l’Economie, des Finances et du Développement à l’occasion du Sommet de Nairobi sur la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD) qui se tient du 12 au 14 novembre au Kenya. Il y expose les engagements du Burkina Faso dans le domaine de la population et de développement.

Madame/Monsieur le Président

Distingués participants

Mesdames et Messieurs

Au cours des 25 dernières années de mise en œuvre du Programme d’actions de la CIPD, des progrès ont été enregistrés comme l’illustre le rapport sur l’état de la population mondiale 2019 mais « la tâche demeure inachevée ». Dans cet élan mondial, le Burkina Faso, a enregistré des progrès remarquables dans plusieurs domaines caractérisés par :

- la réduction de la mortalité maternelle ;

- une forte amélioration du pourcentage des femmes en union qui utilisent une méthode contraceptive moderne (4% à 22,5%) ;

- une hausse du taux brut de scolarisation au primaire passant de 33,8% en 1994 à 88,5% en 2017.

L’atteinte des résultats susmentionnés, malgré un contexte sécuritaire difficile, a été possible par la prise de mesures stratégiques et la mise en œuvre d’actions pertinentes avec l’appui des partenaires au développement. Au titre de ces mesures, il faut noter :

- l’internalisation des objectifs de la CIPD dans les documents d’orientations en matière de développement national, sectoriel et local.

- l’adoption d’une loi portant santé de la reproduction au Burkina Faso ;

- la gratuité des soins pour les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans depuis 2016.

Distingués participants ;

En termes de perspectives, mon pays s’engage à accélérer les promesses de la CIPD dans plusieurs domaines à savoir :

i. rendre gratuit l’accès aux méthodes contraceptives modernes sur toute l’étendue du territoire national dans les formations sanitaires publiques et privées conventionnées d’ici à 2022 ;

ii. poursuivre la gratuité des soins chez les enfants de moins de 5 ans et chez les femmes enceintes, y compris le dépistage des cancers féminins et la prise en charge des lésions précancéreuses du col ;

iii. relire le code des personnes et de la famille en relevant l’âge au premier mariage à 18 ans d’ici à fin 2020 ;

iv. susciter l’adhésion d’au moins 70% des leaders d’opinion influents en faveur de la lutte contre les MGF d’ici à 2022;

v. poursuivre les efforts d’allocation des ressources budgétaires au secteur de la santé en vue d’atteindre 15% conformément aux engagements régionaux et internationaux y relatifs d’ici à 2025;

vi. rendre effective l’obligation de la scolarisation des enfants de 06 à 16 ans d’ici à 2030 et,

vii. promouvoir l'emploi décent et la protection sociale pour tous.

Distingués participants ;

L’accélération des engagements pour la mise en œuvre intégrale du Programme d'actions du Caire exige le renforcement du partenariat et un leadership global. A cet égard, j’en appelle à la coopération et à la solidarité internationale de tous les acteurs concernés.

Pour finir, permettez-moi de saisir l’opportunité qui m’est offerte, pour saluer l’excellence de la coopération entre le Burkina Faso et le Fonds des nations unies pour la population (UNFPA) et exprimer, au nom de la délégation du Burkina Faso, toute ma profonde gratitude au Gouvernement et au Peuple Kenyan ainsi qu’aux autres partenaires pour le succès organisationnel du présent Sommet.

Je vous remercie pour votre attention.