Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

SOCIETE

Le 16 octobre de chaque année, et ce depuis 1945, est célébrée la Journée mondiale de l’alimentation. Cette année, l'ONG Hunger Free World Burkina (HFW), qui fait de l’inscription du droit à l’alimentation dans la Constitution, son combat, lance une pétition dans l'espoir de recueillir au moins 500 signatures qui serviront à faire un plaidoyer auprès des décideurs. 

Pour Hunger Free World Burkina, le droit à l'alimentation est sacré. C'est la raison pour laquelle l'ONG se bat pour sa constitutionnalisation, ce qui permettra, d'après elle, de légitimer l'action des gouvernants et de tous les acteurs intervenant dans la lutte contre la faim au Burkina. 

Elle a choisi la journée mondiale de l'alimentation, célébrée le 16 octobre, pour entamer une action d'envergure: le lancement d'une pétition dans le but de recueillir au moins 500 signatures à Ouagadougou. Pour l'ONG, c'est une manière d'impliquer directement le citoyen. 

«Dans les années écoulées, vous YEH (Youth Ending Hunger ou Jeunesse pour l’élimination de la faim), vous avez toujours été le fer de lance de la conduite de ces acticités. En effet, à travers le projet développement de la jeunesse, des shows up étaient organisés dans les grands rond-point de la ville de Ouagadougou où nous distribuons des flyers dans lesquels les messages appelaient à la réalisation du droit à l’alimentation», a lancé Frédéric Ilboudo, chargé de plaidoyer et sensibilisation à Hunger Free World, aux jeunes chargés de recueillir les signatures.  «Cette année, a-t-il poursuivi, nous avons décidé de changer la formule pour être plus efficace et surtout pour avoir plus de résultats en interpellant directement le citoyen à s’engager. C’est pour cela que nous avons initié une pétition. Plus de 500 signatures à recueillir auprès des Ouagalais».

La pétition circule en réalité depuis le début de l’année dans plusieurs localités du pays à travers des caravanes de jeux radiophoniques et de recueil de signatures. Les YEH ont ainsi parcouru des villes comme Koudougou, Dédougou, Bobo, Banfora, Gaoua, Dédougou, Poura, Zorgho, Koupéla, Tenkodogo, Bittou etc. pour inciter les populations à la signer. Plus de 1 000 signatures ont ainsi été récoltées. 

Pour HFW-Burkina, la commémoration de la 41ème Journée mondiale de l'alimentation est le moment idéal pour intensifier la campagne de recueil de signatures en sollicitant cette fois-ci les Ouagalais. «Environ 500 signatures seront demandées. Et vous, YEH, charge à vous de réussir ce chalenge», insiste M. Ilboudo, en s'adressant aux jeunes volontaires qui réunis au siège de l'ONG pour l'occasion.

Une fois les signatures recueillies, les YEH pourront s'appuyer sur la pétition pour lancer un vigoureux «cri de cœur» auprès des personnes ressources afin de faire aboutir la réalisation du droit à l’alimentation à travers l’adoption de la nouvelle Constitution. 

Créée en 2000, l'ONG  Hunger Free World, dont le siège est à Tokyo, se fixe pour objectif d’œuvrer à la création d’un monde libéré de la faim. Elle intervient au Burkina Faso depuis juillet 2005 où elle met en œuvre des projets et programmes de développement durable dans les zones où la sécurité alimentaire n’est pas acquise pour cause de pauvreté.

HFW agit par conséquent pour une autonomie de la population grâce au développement de projets identifiés avec la participation des communautés.